Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Frank Sinatra dans un mixeur de Matthew McBride

Matthew McBride
  Frank Sinatra dans un mixeur

Frank Sinatra dans un mixeur - Matthew McBride

La voix de son maître !
Note :

   La quatrième de couverture annonce la couleur :
    - Matthew McBride fait passer Mickey Spillane pour du Barbara Cartland.
    Ecrivain américain, il a commencé à écrire durant les treize années où il a travaillé à la chaîne pour Chrysler.

   
    Nick Valentine se rend dans une maison où un suicide vient de se produire ! Un crime que les auteurs ont tenté de maquiller, d’une manière tellement ridicule que cela en est risible.
    Plus tard un braquage de banque, grotesque lui aussi. A t-on idée de se servir d’une camionnette de boulanger comme véhicule de fonction ? Résultat deux morts, un seul survivant, Telly, un pauvre junky qui se dit qu’il va garder le butin ! Il ne gardera ni le butin ni la vie très longtemps.
    Alors commence une chasse au trésor urbaine et sans lois.
   
    Plusieurs équipes sont en course, la police "outsider" tentant de respecter les règles du jeu.
    Parker et son gang, qui était le commanditaire du braquage et qui se retrouve Gros-Jean comme devant ! Et pas très content, on s’en doute. Ils ont liquidé Telly (sa mort fait froid dans le dos, humour très noir) mais ne savent pas où se trouve le butin.
    La troisième team est formée de Nick Valentine, et de deux acolytes, (et non pas alcooliques), Doyle et Big Tony. En réalité Nick se verrait bien faire cavalier seul !
   
    Le premier point est marqué par Sid l’Angliche et Johnny Sans Couilles qui retrouvent, pour Parker, le sac et l’argent. L’affaire est dans le sac, pensent-ils, un peu prématurément.
   
    En effet pendant que Vince a un entretien avec l’inspecteur Ron Beachy, dit Ron l’Amiche, ses complices prennent l’autre équipe en filature. Et décident de cambrioler la demeure de Parker ! Mais rien ne se passe comme prévu…
   
   Chacun des protagonistes ne pense qu’à une chose, berner les autres, tous les moyens sont bons, donc les cadavres nombreux !
   
    Nick Valentine est un ancien flic reconverti en détective privé. Il aide aussi la police, quand on le lui demande gentiment. Carburant entre autre à l’Oxycontin et à la bière ou au bourbon. Il n’est pas non plus très regardant sur le franchissement de la ligne qui sépare la légalité de l’illégalité. Surtout s’il y a un gros, un très gros paquet de dollars à la clé ! Le type même de l’anti-héros à la mode dans le roman noir.
   
    Vous vous posez sûrement la question, que vient faire Frank Sinatra dans cette histoire complètement baroque ? Vous trouverez la réponse en lisant ce livre !
   
    Beaucoup de personnages peu reluisants, seul un policier ou deux sont au-dessus de tout soupçon, enfin espérons-le !
   
    C’est très noir, violent, mais avec un humour assez décapant ! J’adore ce genre de roman, surtout lorsque (et c’est le cas ici) l’intrigue tient la route.
   
    Extraits :
   
   - C'est un mérite qu'il faut reconnaître, chez Corona : ils savent fabriquer des bouteilles solides. Je le sais, j'ai frappé des gens avec.
   
   - Il voyait des milliers de dollars. Peut-être même des millions, mais il aurait été bien incapable de les compter précisément.
   
   - Boire avait toujours été important pour moi et je le faisais avec autant d'alacrité que possible.
   
   - Je leur expliquais que j'étais un alcoolique parfaitement opérationnel. Je n'avais pas peur de l'admettre. Cela faisait longtemps que j'avais accepté ce fléau.
   
   - Mon organisme tournait avec une réserve monumentale d'alcool et un assortiment complet de produits chimiques, mais j'avais au moins renoncé au café.
   
   - Il pénétra alors dans un univers de violence brutale. Un univers où des hommes en assassinaient d'autres parce qu'ils n'aimaient pas leur coupe de cheveux.
   

   
    Titre original : Frank Sinatra in a Blender (2013).

critique par Eireann Yvon




* * *