Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Assise une rencontre inattendue de François Cheng

François Cheng
  Poésie chinoise
  L'Eternité n’est pas de trop
  Et le souffle devient signe
  Assise une rencontre inattendue

François Cheng (程抱), est un écrivain, poète et calligraphe chinois, né en Chine en 1929 et naturalisé français en 1971.

Assise une rencontre inattendue - François Cheng

Deux cultures mais une seule sensibilité
Note :

   Restons dans les livres de petit format et en compagnie d'un Saint
   
   J’aime beaucoup François Cheng le poète, j’ai plusieurs volumes de ses poésies et ses essais sur la peinture chinoise sont d’une intelligence et d’une poésie folles.
   
   Quand j’ai aperçu ce petit livre j’ai automatiquement tendu la main.
   
   En 1971 il se choisit un prénom au moment de sa naturalisation : François.
   
   Son choix le fait remonter dans le temps aux années de galère, de doute, de pauvreté et d’isolement total.
   
   En 1961 il vit en France depuis 10 ans, il lui a fallu apprendre la langue, s’intégrer à une culture bien différente de la sienne, il est en plein doute.
   
   Il a l’occasion de faire un voyage en Italie "heureux de m’arracher à la grisaille parisienne".
   
   L’arrivée à Assise est un choc "Je fus saisi, en sortant de la gare, par son apparition dans la clarté d’été."
   
   Le lieu réveille en lui la tradition du feng chui "un site exceptionnel est censé avoir le pouvoir de propulser l’homme vers le règne supérieur de l’esprit."
   

   Tout va l’enchanter, les paysages d’Ombrie, la vie même de Saint François et le Cantique des créatures.
   
   Il reviendra et étudiera la vie du Saint, gravira la colline d’Assise comme dit-il les taoïstes gravissaient les montagnes chinoises perdues dans les brumes.
   
   C’était la fin de son exil intérieur.
   
   J’ai aimé ce petit livre où se rencontrent deux cultures mais une seule sensibilité. Un petit livre à offrir et pas seulement à un croyant.

critique par Dominique




* * *