Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nos premiers jours de Jane Smiley

Jane Smiley
  Une vie à part
  Les aventures véridiques de Lidie Newton
  Nos premiers jours

Jane Smiley est une écrivaine américaine née en 1949. Elle a remporté le prix Pulitzer avec "L'Exploitation" en 1992.

Nos premiers jours - Jane Smiley

Un siècle américain autour du clan Langdon
Note :

    Rentrée littéraire 2016
   
   "[...]quelque chose était né à partir de rien-une vieille maison se retrouvait remplie, ne serait-ce que pour une soirée, de vingt-trois univers différents, dont chacun était riche et mystérieux."
   

   De 1920 à 1953, nous suivons la vie d'une famille, les Langdon, et plus précisément le jeune couple formé par Walter et Rosanna qui veulent s'installer à leur compte, dans leur propre ferme, en Iowa.
   
   Aléas climatiques, drames familiaux, mais aussi crise économique et conflit mondial, tels sont les écueils auxquels ils seront confrontés.
   
   Nous verrons évoluer les différents membres de cette famille, peints dans leur vie quotidienne, au plus près de leurs sensations et de leurs sentiments et tous, personnages principaux ou secondaires, nous deviendront proches, sans que jamais le lecteur ne se perde parmi eux. Jane Smiley parvient même à deux reprises à se glisser dans la peau de très jeunes enfants et rend compte de leurs perceptions d'une manière troublante.
   
   Évolution des pratiques agricoles, changements des mentalités, les différentes générations présentes dans cette saga y font face chacune à leur rythme et leur manière. Des caractères forts sortent du lot et on a hâte de les retrouver dans les autres volets de cette trilogie.
   
   Quel plaisir de retrouver Jane Smiley que j'avais découverte dans les années 80 !Si les sagas ne sont pas vraiment ma tasse de thé, c'est sur la seule foi de son nom que j'ai lu, puis dévoré "Nos premiers jours". Un très grand plaisir de lecture !
   
   587 pages qui se tournent toutes seules!

critique par Cathulu




* * *