Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dictionnaire amoureux des Faits Divers de Didier Decoin

Didier Decoin
  Est-ce ainsi que les femmes meurent?
  Une Anglaise à bicyclette
  Je vois des jardins partout
  La pendue de Londres
  Dictionnaire amoureux des Faits Divers
  Le Bureau des Jardins et des Étangs

Didier Decoin est un scénariste et écrivain français, né en 1945.

Le Prix Goncourt lui a été attribué en 1977 pour "John l'Enfer".

Dictionnaire amoureux des Faits Divers - Didier Decoin

Personne ne les lit ! Bien sûr
Note :

   Le propre d’un dictionnaire amoureux est de laisser un choix plein et entier, nécessairement arbitraire et incomplet, à son auteur des entrées qu’il désire y faire figurer. Ne cherchons donc pas un recensement exhaustif des objets des rubriques de tels dictionnaires et encore moins quand il s’agit d’un sujet aussi inépuisable et protéiforme que le sont les faits divers.
   
   Même si, comme moi, vous n’êtes pas un lecteur faisant son miel de la rubrique des chiens écrasés, vous trouverez votre compte d’amusements, d’étonnements, de rires et, bien sûr, d’épouvantables horreurs dans cette compilation patiemment arrangée par l’Académicien Didier Decoin. Car, il faut bien reconnaître que l’auteur fait montre d’une réelle maestria pour nous promener depuis l’antiquité jusqu’à l’histoire la plus contemporaine mettant ainsi en évidence l’infinie capacité humaine à inventer du sordide et à infliger torts ou tortures, entre autres, à ses congénères.
   
   Mais au-delà du flot d’hémoglobine que réserve le genre "faits divers" par nature, l’un des grands intérêts de l’ouvrage est de montrer, par les petites histoires et les grands malheurs, comment l’histoire humaine et les civilisations qu’elle engendre ne cessent d’évoluer et de se transformer. C’est aussi un petit précis de sociologie et de psychologie, Didier Decoin veillant à habilement attirer notre attention sur la façon dont nos jugements, et donc ceux des juges à qui un pouvoir quasi divin – souvent de vie et de mort – est accordé, peuvent regarder, analyser, soupeser et décider des faits, témoignages et autres preuves plus ou moins convaincantes qui leur sont soumis.
   
   On pourra tout juste regretter que les premières lettres de l’alphabet bénéficient d’une abondance que ne connaissent pas les suivantes quand, et c’est dommage, elles ne sont pas purement et simplement sacrifiées, comme c’est le cas avec les X et Y.
   
   Pour le reste, Decoin est à son affaire et le romancier sait habilement convoquer son imagination pour combler les lacunes que le temps a rendu impossibles à jamais véritablement connaître. Decoin met aussi un point d’honneur à rendre hommage, par son style et sa plume, à tous ces auteurs tels Hemingway ou Mauras, pour n’en citer que deux que tout oppose, qui ont été les rédacteurs en général parfaitement anonymes des rubriques qui constituèrent un genre littéraire à part entière au XIXème et début du XXème siècles, perfectionnant leur savoir avant que de devenir des étoiles de leur art.
   
   Si vous prenez soin de lire les entrées petit à petit, entre deux autres ouvrages ou dès que vous disposez d’un moment, vous n’éprouverez aucune saturation à avaler les plus de huit cents pages de cette bible.
   
   Rendons d’ailleurs ici hommage aux Editions Plon et à leur collection de Dictionnaires Amoureux qui comptent ici un septième titre qui, comme les autres, a eu l’honneur d’une des meilleures plumes françaises.

critique par Cetalir




* * *