Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Billard Blues de Maxence Fermine

Maxence Fermine
  Opium
  Billard Blues
  Le violon noir
  Neige
  L'apiculteur
  Le tombeau d'étoiles
  Dès 09 ans: La petite marchande de rêves
  Zen
  Chaman
  Noces de sel

Maxence Fermine est un écrivain français né en 1968.

Billard Blues - Maxence Fermine

3 Nouvelles.
Note :

   Trois nouvelles dans ce recueil, tournant autour de l'Amérique des années guerre/après guerre (celle de 40 évidemment !) : Billard Blues, Jazz Blanc et Poker. Ciblées donc aux franges de la société ; l'art, le jeu, ?
   Un peu dérouté par ce M. FERMINE, après Opium qui me paraissait davantage envoûtant. On est ici pas mal premier degré et on a du mal à décoller.
   L'intrigue de Billard Blues est assez improbable ; rencontre d'un champion de Billard et d'Al Capone, truand notoire, qui défie le champion au billard, avec des règles aménagées toutefois, truand oblige. Le champion joue sous ambiance Blues, dispensée par un guitariste noir, dont l'identité révèlée à la fin décoiffe elle aussi ? Donc partie de billard hors du commun mais don't le déroulement raconté par M. FERMINE laisse sceptique. La faute, à mon avis, à la personnalité d'Al Capone telle que décrite par FERMINE. Sale gosse limite crétin fini. J'ai peine à marcher là dedans.
   Jazz Blanc raconte l'histoire d'un saxophoniste blanc, au niveau des meilleurs jazzmen, noirs évidemment. Histoire d'amour aussi puisqu'il fera en une soirée connaissance d'un possible amour et connaissance de la détresse de l'amour perdu. Dans le genre tournant autour des musiciens de jazz, du monde du jazz, Un Soir au Club, de Christian GAILLY, est beaucoup plus prégnant.
   Poker, enfin, l'histoire d'un champion de poker lors d'une partie homérique ? Du mal là aussi. Traitement psychologique insuffisant ?
   Bref, resté quand même pas mal sur le bord du chemin. Opium, du même FERMINE, est indéniablement plus abouti.
   

critique par Tistou




* * *