Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’homme posthume de Jake Hinkson

Jake Hinkson
  L'enfer de Church Street
  L’homme posthume

JAKE HINKSON est originaire de l'Arkansas. Né en 1975, ce fils de prêcheur baptiste, élevé dans une famille stricte et religieuse, découvre en cachette à 14 ans le roman policier. Il vit à Chicago.
(Source éditeur)

L’homme posthume - Jake Hinkson

Être ou ne pas être ?
Note :

    Je retrouve l’auteur américain Jake Hinkson pour la seconde fois en peu de temps.
   
    Livre en vingt chapitres, dont le titre du premier est prémonitoire :
   - À l’instant de ma mort.
    Qui il est vrai ne durera que trois secondes, mais trois de trop ?
    Mais ces trois secondes vont changer sa vie, il ne le sait pas encore.
   
   Nous sommes à Little Rock dans l’Arkansas, le personnel de l’hôpital tente de sauver un homme qui voulait mourir. L’intervention est couronnée de succès, Elliot Stilling vivra.
   
    Durant les premiers instants de son réveil, il voit une infirmière et remarque un tatouage sur son poignet, une araignée noire.
   
    Cette employée de l’hôpital, Felicia Vogan, hors service, revient le voir. Elliot quitte l’hôpital et ils se retrouvent, Felicia lui propose d’aller boire un verre, mais elle doit passer chez elle se changer. Là un policier l’attend et prend très mal le fait qu’elle ne soit pas seule. Car avec sa complicité, ils préparent un coup à l’hôpital. Toute la bande est réunie, DB et Thomas, jumeaux, l’un est flic, l’autre muet. Elliott comprend vite que sur un simple ordre de DB, Thomas le tuera ! Stan est le chef de la bande, c’est lui qui commande et personne ne s’avise de discuter. Il accepte un associé de plus dans l’affaire, un énorme vol de médicaments. Le butin estimé est de deux millions de dollars. Le butin est déjà refourgué à Fuller. Voler le camion avant qu’il ne soit déchargé.
   
    Alors c’est parti pour la nuit de tous les dangers. Le braquage semble bien se passer, sauf peut-être pour le chauffeur. Puis une surprise qui devrait être bonne, mais qui met le feu aux poudres : le butin n’est pas de deux millions mais de cinq !
    La foire d’empoigne peut commencer… La nuit sera chaude et sanglante !
   
    Une atmosphère de fin du monde dans un final commençant dans un vaste dépôt d’ordures, gigantesque décharge à ciel ouvert, se terminant dans la cave d’une église incendiée.
   Le révérend, Elliot Stilling, après avoir aidé ses paroissiens, cherche sa propre rédemption. Pourquoi ? Quel secret cache sa tentative de suicide ? Pourquoi refuse-t-il de parler de son passé ? Pourquoi a-t-il rejeté Dieu ?
    Felicia Vogan, l’infirmière à la parfaite étoile noire tatouée sur le poignet. Belle femme, elle semble avoir eu une vie mouvementée mais dit s’être calmée… pas tout à fait, semble-t-il !
    Stan the Man, tueur froid et machiavélique. L’appât du gain est la seule chose qui le motive et pour cela il est prêt à tout. Même au meurtre !
    Une jeune fille sauvageonne, Three, est un des personnages les plus sympathiques de cette sombre nuit.
   
   Un excellent roman d’une très grande noirceur, avec une dimension religieuse que connait très bien cet auteur, son père était pasteur.
    À noter une note d’humour quand l’auteur compare DB et Tom aux frères Kray !
   
   
    Extraits :
   
   - C'était un autre... moi. Qui date d'un an au moins. J'oublie. J'ai du mal à me rendre compte du temps qui passe. Mais ça fait un moment que je n'ai pas prêché.
   
   - Eh bien, on ne voit pas tant que ça des pasteurs qui essaient de se donner la mort.
   
   - Vous savez que j'ai besoin d'argent. Peut-être que vous aussi, je ne sais pas. Il y a de l'argent à se faire, si vous voulez.
   
   - L'enfer brûlant de l'Arkansas en août avait atteint son apogée quelques heures auparavant. Tandis que le jour épuisé se dissolvait mollement dans le crépuscule, la chaleur continuait à s'accrocher à l'air comme un mauvais souvenir de la brutalité du soleil.
   
   - Je me levais pour suivre Stan et pris une profonde inspiration–la première d'Elliot Stilling, Criminel Professionnel, me dis-je surpris.
   
   - Il avait l'air dur, ce nouvel Elliot. Fatigué, sale. Il avait aidé à voler un camion. Un homme était peut-être mort à cause de lui.
   
   - Mais je besogne jour après jour, depuis des années maintenant, collectionnant tous les péchés que je peux.
   
   - C'est assez pour nous faire penser que Dieu s'est complètement détourné de nous, n'est-ce pas ?
   

   
   Titre original : The Posthumous Man (2012).

critique par Eireann Yvon




* * *