Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les règles d'usage de Joyce Maynard

Joyce Maynard
  Long week-end
  Les filles de l’ouragan
  Et devant moi, le monde
  Baby Love
  Une adolescence américaine - Chronique des années 60
  L'homme de la montagne
  Les règles d'usage

Daphne Joyce Maynard est une écrivaine américaine née en 1953.

Les règles d'usage - Joyce Maynard

11 septembre
Note :

   Rentrée littéraire 2016
   
   "L’héroïne, c'est une survivante, comme toi."
   

   Le matin du 11 septembre 2001, Wendy 13 ans s'est disputée avec sa mère. Rien de grave, les remous de l'adolescence.
   
   Mais sa mère ne reviendra pas: elle travaillait dans une des tours du World Trade Center. Commence alors une période troublée pour l'adolescente, dans un premier temps en compagnie de son petit frère Louie et de son beau-père, un homme responsable et profondément amoureux de la disparue.
   
   Elle rejoindra ensuite en Californie son père biologique, qu'elle ne connaît quasiment pas et qui s'est très peu investi jusqu'à présent dans son éducation.
   
   Passant d'un univers très cadré à une façon de vivre beaucoup plus détendue, Wendy cherche son chemin et, au fil des rencontres (un libraire, une mère adolescente, une jeune skater à la recherche de son père), elle finira par trouver ce qui lui convient vraiment.
   
   On pouvait craindre le pire avec un tel thème mais l'héroïne adolescente de Joyce Maynard avance sans pathos, guidée par quelques lectures conseillées par son ami libraire et aussi aidée par la musique. La bienveillance domine même si la situation de la mère adolescente n’est en rien édulcorée.
   
    L'avenir dira si le roman de Joyce Maynard restera dans les mémoires aux côtés des autres romans de formation évoqués dans "Les règles d'usage" mais en tout cas, pour moi, il le mériterait largement. Un roman apaisant et apaisé.
   
   472 pages qui se tournent toutes seules.
    ↓

critique par Cathulu




* * *



Tout simplement magnifique
Note :

   New York - 11 septembre 2001
   
   Wendy, 13 ans, vit à New York avec sa mère et le nouveau compagnon de celle-ci. Comme toute adolescente qui se respecte, elle a des relations compliquées avec sa maman, qu'elle n'épargne pas. Un demi-frère est né de la seconde union de sa mère avec Josh, son beau-père, qui essaie toujours d'arrondir les angles. Elle voit très peu son père Garrett, qui habite dans le Maine. Sa mère ne se gêne pas pour le critiquer et ne fait rien pour les rapprocher, bien au contraire. Cela est d'ailleurs souvent une source de conflits entre elles
   
   Elle travaille comme secrétaire dans une des tours jumelles ce fatidique 11 septembre 2001. Wendy est en classe quand arrive la catastrophe. Au début peu d'informations filtrent "Ils ne savaient pas grand chose. Seulement qu'un avion s'était écrasé contre une des tours du World Trade Center. La tour de sa mère". A l'école la consigne est donnée de rester assis à sa table, jusqu'à ce qu'on vienne les chercher. Mais ce n'est pas sa mère qui vient la récupérer mais Josh, son beau père, avec Louie, son demi-frère, dans ses bras. Ils se dépêchent de rentrer et restent près du téléphone, en attente de nouvelles...
   
   Tout est formidablement bien décrit, la catastrophe, l'attente, les recherches vaines, l'espoir qui s'amenuise de jour en jour, le moment où on finit par se dire qu'elle ne rentrera pas...
   
   Ce livre met en scène une situation pour le moins compliquée, à savoir que Wendy se retrouve avec son beau-père et son demi frère, sans sa mère qui a trouvé la mort dans une des tours jumelles. Alors vient le moment où se pose la question de rejoindre son père biologique, qu'elle connait peu, et de laisser derrière elle la famille avec laquelle elle a toujours vécu.
   
   Les sentiments ressentis sont exprimés avec infiniment de justesse et de délicatesse, le deuil, l'adolescence, comment quitter sa grande amie Amélia, son demi frère qu'elle adore, comment continuer à vivre... Comment tous ses personnages s'en sortent ou vivent : Josh désespéré par cette perte, le petit Louie si démuni, Kate (l'amie de la mère de Wendy), mais aussi Garrett son père, la nouvelle compagne de ce dernier, la si généreuse Carolyn (formidable éleveuse de cactus et formidable tout court), les nouveaux amis que Wendy se fait chez son père... Comment elle vit les premiers temps auprès de sa nouvelle famille, les premières relations... amoureuses. Le premier Noël avec l'Absence qui forcément se fait d'autant plus ressentir que c'est un jour de fête familiale, les coups de fil qu'elle passe à sa meilleure amie Amélia, ou ceux qu'elle oublie de passer parce que... tout est si difficile, les premiers moments "heureux", comment alors qu'on croit qu'on ne pourra plus jamais vivre normalement, on finit par retrouver des instants de joie, quand on se rend compte que la vie finit par reprendre le dessus.
   
   Tous les personnages sont passés au scalpel de Joyce Maynard car ce n'est facile pour personne. Tous ces êtres sont formidablement humains, à la fois forts et fragiles, ni parfaits, ni totalement mauvais. Pas de bons ni de méchants dans les livres de Joyce Maynard, mais des individus avec leurs failles et leur difficulté de vivre. Wendy est au cœur de toutes ces âmes qui tentent de surmonter les drames, les échecs, un passé difficile. Les analyses psychologiques sont très pertinentes et Joyce Maynard nous offre de magnifiques portraits. Wendy tente de survivre au milieu d'eux, se réfugie dans la lecture, rencontre un libraire et son fils autiste, se lie d'amitié avec une adolescente tout juste mère et vibre (entre autres...) pour un jeune garçon à la recherche de son frère.
   
   Ce roman est une pure merveille, tout est si juste, si délicat. On a la gorge qui se serre en lisant ses pages tant la romancière fait de nous des lecteurs plein d'empathie pour les malheurs de ces êtres et en même temps il sort tellement d'humanité de ces pages qu'on finit par vibrer d'autant que jamais le sordide ou le malheur ne prennent le dessus, malgré la perte immense, incommensurable, qu'il faut surmonter. Certains passages sont poignants, notamment une des lettres que Josh écrit à Wendy au moment de Noël : "J'ai passé deux jours à déambuler en ville à la recherche d'un cadeau original. Je voulais trouver un objet incroyablement précieux que je puisse mettre dans une boîte et t'envoyer pour te dire tout ce que je ressens. Combien j'ai chéri chaque instant de la vie que nous avons vécu ensemble. S'il y avait le moindre doute dans ton esprit sur l'impact que ça pouvait avoir sur la situation, le fait que je ne sois pas ton père biologique, je voulais te trouver quelque chose qui te donne une réponse claire. La réponse étant : aucune différence, Wendy. Que tu décides de venir me voir ou non au fil des ans, quelle que soit la place que tu finisses par me trouver dans ta nouvelle vie, je voulais m'assurer que tu ne te poses pas la question de ce que tu seras toujours pour moi. Ma fille."
    Un roman tout simplement magnifique !

critique par Éléonore W.




* * *