Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’analphabète qui savait compter de Jonas Jonasson

Jonas Jonasson
  Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
  L'Assassin qui rêvait d'une place au paradis
  L’analphabète qui savait compter

Jonas Jonasson est un journaliste et écrivain suédois né en in 1961.

L’analphabète qui savait compter - Jonas Jonasson

Une analphabète. Et qui compte sacrément bien !
Note :

   Bienvenue à "Farfelu Land" ! J’ai l’impression que Jonas Jonasson ne recule devant rien. Ni devant l’improbable ni devant ce qui lui met le sourire aux lèvres. Et aux nôtres par la même occasion !
   
   Jonas Jonasson a envie de nous parler de l’Afrique du Sud époque apartheid et de son envie de bombe atomique ? Banco ! On attaque le récit là-bas avec Nombeko, petite fille, noire, analphabète, qui survit dans son ghetto en vidant les latrines, mais qui présente, tout de même des dispositions particulières quant au calcul. Analphabète ? Pas longtemps puisqu’elle oblige celui qui veut lui faire subir les derniers outrages à lui apprendre à lire, après toutefois l’avoir maté en lui plantant ses ciseaux dans la cuisse.
   
   Noire, femme (enfin, fille) elle cumule quelques "handicaps" au beau pays de l’apartheid et voilà-t-y pas que lors de sa première incursion en ville, hors de son ghetto, à la recherche de la grande bibliothèque (elle n’est plus analphabète mais elle a surtout de la suite dans les idées), elle se fait renverser par un Docteur en Sciences blanc, donc omnipotent même si chroniquement saoul. Elle est condamnée (renversée mais coupable, on n’avait peur de rien au pays de l’apartheid !) à travailler plusieurs années à son service pour rien, une esclave quoi. Notre Docteur est le responsable du programme de développement nucléaire sud-africain. Problème ; il a acheté son diplôme de Docteur es Sciences. Solution ; Nombeko ; le génie du calcul (et de l’intelligence à revendre avec cela).
   
   Je n’en finirai plus de dérouler les plans délirants par lesquels Jonas Jonasson fait progresser son histoire. Vers la Suède, avec une bombe atomique dans ses bagages pour faire bon poids, avec des agents du Mossad au train, tant qu’à faire, qui estiment que cette bombe aurait eu mieux à faire en Israël… Et si je vous dis que Hu Jintao est son copain, ça ne vous étonnera pas plus que ça ? Si ? Elle l’a connu en Afrique du Sud, juste avant de la quitter pour la Suède ! Même qu’elle lui a servi d’interprète puisqu’elle a appris le chinois pendant sa période esclavage – mise au point de la bombe, côtoyant trois sœurs chinoises dans la même situation qu’elle.
   
   L’invraisemblance est totalement revendiquée, assumée et sert de détonateur aux multiples rebondissements. Ça en fait une lecture charmante, avec quelques passages où l’on sent bien que Jonas Jonasson se fait un plaisir de faire passer des messages subliminaux, et d’autres plein de bon sens :
   "La différence entre la bêtise et le génie, c'est que le génie a ses limites."

   
   Mais le monde réel est-il vraiment sérieux, à tout prendre ? Si vous ne voulez pas désespérer … faites comme Jonas Jonasson.

critique par Tistou




* * *