Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Comment vivent les morts de Robin Cook

Robin Cook
  Comment vivent les morts
  Cauchemar dans la rue
  La rue obscène
  Les mois d'avril sont meurtriers
  J'étais Dora Suarez
  Un écart de conduite

A cause d’une homonymie avec un autre auteur de polar, le Robin Cook dont nous parlons sur cette page, a dû adopter un pseudonyme pour publier certains de ces romans. Il se faisait appeler Derek Raymond.

Comment vivent les morts - Robin Cook

Un policier franc-tireur
Note :

   Ce roman policier a été écrit par Robin Cook, à ne pas confondre avec Robin Cook, auteur américain de polar médicaux, toujours vivant. Le Robin Cook dont nous parlons ici est britannique, né à Londres en 1931 et décédé dans l’Aveyron en 1994.
   
   Un sergent de Londres, narrateur du roman, est envoyé en province pour élucider la disparition d'une chanteuse, épouse d'un vieux médecin radié de l'ordre. Le personnage au passé lourd enquête de façon très inhabituelle et se heurte constamment aux conventions de la procédure. Il est lui-même un franc-tireur qui entend mener son enquête seul et fait souvent fi des instances supérieures. Il s'oppose aussi bien à la méfiance des gens de la province - ici Thornhill - qu'à ses collègues souvent incompétents, corrompus ou peu humains.
   
   Les dialogues taillés au cordeau sont des moments d'une rare truculence notamment lorsque le sergent narrateur se coltine avec les flics de base peu respectueux des personnes ou le policier corrompu de la localité ou encore les jeunes officiers sûrs d'eux.
   
   Il y est question de cryogénie, d'amour éternel et les longues méditations du personnage narrateur sont empreintes d'un pessimisme noir d'où ressort une ligne de conduite qu'il faut bien se fixer. Sa philosophie flirte avec un anarchisme de bon aloi issu d'un cynisme créé par la société elle-même.
   
   Un polar de bonne facture dont la découverte des tenants et aboutissants importe moins que le point de vue d'un policier qui prend des distances avec son métier.

critique par Mouton Noir




* * *