Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Trois Huttes de Christian Doumet

Christian Doumet
  Trois Huttes

Trois Huttes - Christian Doumet

Trois arts, trois refuges
Note :

   Dessins : Mélanie Delattre-Vogt
   
   Si vous avez un penchant pour la poésie japonaise, pour la vie d’ermite et pour la peinture alors ce livre est fait pour vous.
   Partons retrouver : Bashô, Patinir* et Thoreau.
   Christian Doumet nous propose trois lieux et trois huttes où se retirer, où méditer, il nous présente trois "constructeurs de solitude", pour se faire il utilise même un verbe que je n’avais jamais rencontré : le verbe hutter.
   Hutter c’est habiter un lieu "à distance des choses afin de mieux en éprouver le goût." c’est "éprouver la vie, le silence relatif, la solitude"
   
   Pour Thoreau je pense que vous n’êtes pas surpris de le trouver là, c’est vraiment le symbole du retirement du monde, car nous dit Christian Doumet, Walden "peut être lu comme le plus vaste des poèmes en prose". Sa lecture procure un plaisir singulier même à ceux qui sont généralement hostiles à la nature.
   Thoreau nous dit-il fait partie de "la grande famille des solitudes de la littérature", la hutte est son laboratoire mais elle n’est pas "la demeure d’un oisif".
   En une soixantaine de page Christian Doumet nous aide à penser Walden avec Thoreau.
   
   "l’isolement, le retranchement du monde qui dotaient l’endroit d’une étrangeté surnaturelle"
   

   Patinir cela était nettement moins évident pour moi, je connaissais ses tableaux car je suis amateur de peinture flamande mais je ne les avais pas en tête, vive le web qui m’a permis de lire un œil sur le livre et l’autre sur la reproduction du tableau "Saint Jérôme dans le désert".
   
   Je dois dire que j’ai été bluffée par la richesse du propos sur cette œuvre.
   On dit que Patinir inventa l’art du paysage mais il fait entrer aussi la philosophie dans le tableau car il manifeste une intelligence du monde dont le spectateur se sent inondé.
   Pour Christian Doumet, Patinir peint des huttes qui nous offrent "l’idée d’un parfait ermitage", il enrichit encore le propos en nous invitant à voir mieux des tableaux de Dürer, de Metsys. Il nous contraint, mais la contrainte est douce, à comparer deux cabanes, à les chercher car se sont dit Doumet des "huttes passagères" et le but du peintre est peut être de "montrer ceci : la ferveur d’une contemplation ?".
   Saint Jérôme est pour le peintre à la fois un modèle et une leçon. Et nous, nous jouons les voyeurs car c’est grâce à l’enveloppe crevée de la hutte que ce secret nous est livré.
   
   "C’est ainsi que Patinir peint Jérôme. Ainsi que l’homme des Flandres casanières imagine la sainteté"
   

   Avec Bashô le point de vue est différent car nous avons là un ermite poète mais surtout un grand marcheur qui a du concilier "l’appel des horizons immenses et le goût du repli".
   Bashô c’est l’éternel vagabond, le marcheur des confins et des brumes du nord, la hutte ne lui sert que de havre provisoire, au Japon il fait halte dans des ermitages d’où le nom d’un recueil de ses poèmes.
   
   "La pente douce du jardin d’azalées, la petite source tout près, la croupe du Mont Hiei, la lumière du couchant ....)
   

   Le poète amateur de concision avec les mots, a aussi le goût des habitats provisoires, des demeures de fortune qui lui laisse tout loisir de marcher et d’écrire ce qui nous dit Christian Doumet "relèvent de la même pulsion vitale."
   Pour Bashô il suffit de "construire une hutte pour atteindre la fin du voyage ; de tracer une seule phrase pour faire le tour du langage."
   
   Cet essai est superbe et j’ai pris un immense plaisir à la lecture de ce triptyque poétique et philosophique
   Si vous êtes amateur d’ "Éloignement, isolement, retranchements." ajoutez ce livre à votre bibliothèque
   
   * Joachim Patinir ou Patenier, peintre flamand de la Renaissance

critique par Dominique




* * *