Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Essai sur la journée réussie de Peter Handke

Peter Handke
  Le Malheur indifférent
  Histoire d’enfant
  Le Colporteur
  L'angoisse du gardien de but au moment du pénalty
  Les gens déraisonnables sont en voie de disparition
  La femme gauchère
  La leçon de la Sainte-Victoire
  Par les villages
  Essai sur la fatigue
  Essai sur la journée réussie
  Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille
  La Perte de l'image ou Par la Sierra de Gredos
  Don Juan - raconté par lui-même
  Kali - Une histoire d'avant-hiver
  Les Beaux Jours d'Aranjuez - un dialogue d'été
  Toujours la tempête
  Souterrain blues - Un drame en vingt stations
  La Grande Chute

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2016

Peter Handke est un écrivain autrichien né en Carinthie en 1942.

Il est le fils d'une cuisinière d'origine slovène et d'un soldat allemand. Il n'a pas connu son père et doit son nom à son beau-père, allemand également.

Il s’intéresse à la littérature dès son jeune âge et publie ses premiers textes dans le journal du lycée.

Il opte pour une écriture expérimentale et l'avant-gardisme.[

Le Prix Ibsen lui a été décerné en 2014 pour son « œuvre hors pair, dans sa beauté formelle et sa réflexion brillante».

Essai sur la journée réussie - Peter Handke

Un songe de jour d’hiver
Note :

   J’ai entamé la lecture de "Essai sur la journée réussie" confiant, après une mauvaise expérience de la lecture d’un roman de Peter Handke, je l’ai terminée me maudissant de m’être laissé avoir !
   
   D’abord je n’en sais pas plus sur ce qu’est une journée réussie, ou plutôt, je n’en sais pas plus sur ce que Peter Handke pense de ce qu’est une journée réussie. Et puis ensuite, à dire vrai, je m’en fous un peu.
   
   Ça ne dure que 72 pages. Mais qu’elles sont rudes ces 72 pages ! Je comparerais leur lecture à l’ascension de la pente finale d’une montagne, en trace directe dans un pierrier qui s’éboule en permanence sous vos pas (et j’ai là en tête le souvenir précis de l’ascension du Grand Colon, en Belledonne). Vous en faites deux et reculez de trois, harassé. Harassé, pareil à l’issue de la lecture. Et alors, l’impression d’avoir perdu mon temps !
   
   Non, décidément Peter Handke n’est pas ma tasse de thé. Je m’étais dit, à l’issue de la lecture d’un de ses romans, "Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille", que les romans de Hanke c’était terminé pour moi, je tentais ses essais… Eh bien c’est encore plus illisible.
   
   Ce qui est curieux, s’agissant de Peter Hanke, c’est qu’il a parfois des fulgurances, des descriptions de ressentis devant une émotion issue de la Nature, qui touchent, qui parlent vrai à votre être. Mais noyé dans tant de "gloubi-boulga" que c’en est à désespérer.
   
   Pensez qu’il passe 72 pages à se demander ce qu’est une journée réussie sans bien sûr en pouvoir donner la définition ! Je frémis devant le nombre d’essais qu’il peut écrire ainsi ! La menace est inépuisable. Au hasard, on pourrait suggérer : essai sur la nuit gâchée (celle passée à déchiffrer son essai), essai sur le juke-box (non ça il l’a réellement écrit), on peut réellement en trouver beaucoup …
   Allez, un petit extrait pour la route :
   "Qui a déjà vécu une journée réussie ? La plupart vont dire que oui. Et il sera nécessaire alors de continuer à questionner. Veux-tu dire "réussie", ou simplement "belle" ? Parles-tu d’une journée "réussie" ou d’une journée – il est vrai tout aussi rare – "sans soucis" ? pour toi une journée réussie est-elle déjà celle qui s’est déroulée sans problème ? Vois-tu une différence entre une journée réussie et une journée heureuse ? Est-ce pour toi autre chose de parler de telle ou telle journée réussie à l’aide du souvenir ou, immédiatement après, au soir même de ce jour, sans la transformation par le temps intermédiaire dont l’adjectif alors ne serait pas "accompli", "surmonté" mais seulement "réussi" ? Pour toi la journée réussie est-elle fondamentalement différente d’une journée sans pesanteur, une journée de bonheur, une journée dont on serait venu à bout, une journée transfigurée par son longdurer – une seule chose suffit et le jour tout entier s’élève, transfiguré – et peu importe quel grand jour pour la science, pour ta patrie, notre peuple, les peuples de la terre, l’humanité ?"

critique par Tistou




* * *