Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Apocalypse selon Dürer de Alberto Manguel

Alberto Manguel
  Dictionnaire des lieux imaginaires.
  Dans la forêt du miroir
  Une Histoire de la lecture
  Journal d'un lecteur
  Pinocchio et Robinson
  Un retour
  Kipling: Une brève biographie
  L'Iliade et l'Odyssée
  Tous les hommes sont menteurs
  Le Livre d’images
  Stevenson sous les palmiers
  L'Apocalypse selon Dürer

Né en Argentine en 1948, Alberto Manguel a passé ses premières années à Tel-Aviv où son père était ambassadeur. En 1968, il quitte l’Argentine, avant les terribles répressions de la dictature militaire. Il parcourt le monde et vit, tour à tour, en France, en Angleterre, en Italie, à Tahiti et au Canada, dont il prend la nationalité. Ses activités de traducteur, d’éditeur et de critique littéraire le conduisent naturellement à se tourner vers l’écriture. Composée d’essais et de romans, son oeuvre est internationalement reconnue. Depuis 2001, Alberto Manguel vit en France, près de Poitiers.
Source: Editeur

L'Apocalypse selon Dürer - Alberto Manguel

Voir ET comprendre
Note :

   Mon souvenir le plus ancien de l’Apocalypse ce fut un film de Vincente Minelli avec Glenn Ford, Charles Boyer, Ingrid Thulin et Lee J Cobb qui raconte la montée du nazisme et la lutte contre le mal qui prend le visage de Karl Boehm.
   
   Je n’ai jamais lu cette partie de la Bible sauf quelques extraits ici ou là mais par contre je me suis intéressée il y a longtemps aux seize gravures de l’Apocalypse réalisées par Albrecht Dürer. Ce sont des dessins qui impressionnent et qui furent son premier chef d’œuvre qu’il n’était pas certain de vendre car il n’avait pas de commanditaire.
   Elles fourmillent tellement de détails que c’est mission impossible de les mémoriser.
   
   J’aime particulièrement Dürer ses dessins, estampes, aquarelles mais l’Apocalypse si marquante ne faisait pas partie de mes préférés faute de comprendre bien le contenu et l’interprétation que l’on peut en faire.
   
   Et c’est là qu’intervient le passeur idéal : Alberto Manguel.
   
   Chez un éditeur peu connu il publie un petit opuscule sur ces seize gravures. Comme à son habitude il le fait avec simplicité, les petits textes qui accompagnent chaque gravure sont courts, clairs et entraînent le lecteur à la fois en un voyage géographique mais surtout littéraire et philosophique. On plonge dans la Bible allègrement, on fait un pas chez les philosophes de l’antiquité, impossible pour Manguel de ne pas être par la même occasion passeur de livres.
   
   Manguel vient souffler le sens à l’oreille du lecteur qui fait retour à l’image et puis à nouveau au texte. Cette conversation est passionnante d’autant que les reproductions sont de bonne qualité et que l’on peut toujours les afficher sur le web pour grossir encore certains détails. On comprend mieux la composition des gravures et on parvient à les replacer dans une période historique.
   
   Un livre très réussi et pour info chez le même éditeur on peut trouver un Jérôme Bosch et un Patinir présenté par Sylvie Germain.

critique par Dominique




* * *