Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dispersés de Inaam Kachachi

Inaam Kachachi
  Dispersés

Dispersés - Inaam Kachachi

Diaspora irakienne
Note :

   L’Irak n’a pas toujours été ce pays désormais en proie à d’incessantes guerres civiles sur fond de rivalités religieuses et sans gouvernement suffisamment fort et établi pour garantir paix et harmonie. L’Irak fut, pendant longtemps, un grand pays et où, jusque vers la fin des années cinquante, le début des années soixante, il était possible de vivre en paix, toutes confessions et religions confondues.
   
   La succession de guerres, contre Israël, contre l’Iran puis la Guerre du Golfe ont eu raison d’une nation qui était peu à peu tombée sous le joug d’une dictature intolérable bien vite remplacée par les incursions insidieuses d’Al Qaïda et désormais de Daesh. Comme toujours en cas de conflit, ce sont les populations civiles qui en payent le prix fort, celui du sang versé et celui de l’exil, massif.
   
   Dispersés, ils le sont, ces innombrables membres de la diaspora irakienne venus s’établir au Canada, en France, à Dubaï et n’importe où ailleurs on voulait bien leur accorder un titre de séjour. Un parcours erratique et souvent vexatoire qu’a connu Wardiya, une femme de quatre-vingts ans ayant les plus grandes difficultés à marcher et désormais établie en France. Nous la trouvons, au début du livre, sur le perron de l’Elysée, invitée d’honneur d’une réception donnée par le Président de la République à l’occasion de la visite du Pape.
   
   Avant de se figurer au premier rang de ces Irakiens catholiques honorés par la République, elle fut l’une des toutes premières femmes médecin de son pays et la première de sa famille. Une époque où il était possible d’épouser pratiquement qui l’on voulait, on l’on pouvait embrasser une profession selon ses capacités, où vivre ensemble ne posait pas la moindre difficulté.
   
   Désormais exilée, Wardiya se souvient d’un monde qui n’est plus. Remonte toute une vie de souvenirs. Une vie faite de joies, de dévouement et puis, de plus en plus, de tensions, de peurs au fur et à mesure que les luttes politiques se font féroces, que les révolutions succèdent aux guerres, que la folie sous toutes ses formes devient le mode opératoire, plongeant le pays dans le chaos, la violence, les exécutions sommaires ou les liquidations sous toutes ses formes. Des souvenirs qu’elle convoque auprès de l’une de ses filles, exilée à Paris, et de son petit-fils, surdoué en informatique. Lui devient malgré lui le réceptacle de ce monde disparu au point de créer un cimetière virtuel dans lequel il regroupe de force les membres d’une famille qui ne fut pas épargnée par ces soubresauts de l’Histoire et dont les ossements ont été dispersés aux quatre coins du monde.
   
   Et puis Wardiya dialogue avec son autre fille, elle-même médecin, qui fit le choix d’émigrer au Canada avant qu’il ne soit trop tard pour elle et sa famille. A travers son parcours, nous comprenons la souffrance de ces exilés, la somme de courage, de renoncement et de travail qu’il faut dépenser, sans compter, malgré les vexations, pour trouver sa place et tout recommencer dans un pays en tous points différent de celui qu’on a dû quitter, contraint et forcé.
   
   Ce parcours, Inaam Kachachi l’a vécu elle-même qui a fui l’Irak pour venir s’installer à Paris où elle vit et écrit, comme journaliste et romancière. Déjà, son premier roman "Si je t’oublie, Bagdad", publié en 2009, l’avait fait remarquer pour sa capacité à narrer l’horreur à travers une langue douce et très poétique. Un style qui s’est encore affirmé et que l’on retrouve ici, magnifié, dans ce superbe deuxième roman qu’est "Dispersés".

critique par Cetalir




* * *