Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dans la nuit et le vent de Patrick Leigh Fermor

Patrick Leigh Fermor
  Le temps des offrandes - 1 - A pied jusqu'à Constantinople
  Le temps des offrandes - 2 - Entre fleuve et forêt
  Un temps pour se taire
  Mani
  Dans la nuit et le vent

Sir Patrick Michael "Paddy" Leigh Fermor est un écrivain voyageur né en 1915 et mort en 2011.

Dans la nuit et le vent - Patrick Leigh Fermor

L' Europe de Londres à Esztergom
Note :

   Mon troisième billet européen sera double car Patrick Leigh Fermor a écrit deux volumes qui se font suite et je ne pouvais pas vous parler de l’un sans l’autre
   Un jour de décembre 1933, un jeune homme de dix-huit ans décide de partir à pied "Comme Childe Harold !" pour traverser l’Europe, de la Corne de Hollande jusqu’au Bosphore.
   Patrick Leigh Fermor, écrivain-voyageur d'origine britannique a retracé ce voyage en deux livres magnifiques Le temps des offrandes et Entre fleuve et forêts
   
   
   Toujours à la recherche de récits de voyage quand ces livres sont parus en 1991 je les ai achetés sans savoir qu’il serait mes préférés dans une bibliothèque pourtant riche de livres de ce genre.
   Un peu plus tard je découvrais chez Bernard Pivot le visage de l’auteur, ce n’était plus évidemment le jeune homme fringant du livre mais je dois dire qu’il portait encore beau.
   
   Récit de voyage et journal d’un jeune homme qui jusque là s’est contenté de vivre en dilettante, c’est donc en même temps un récit initiatique, celui de l’entrée dans un monde d’adultes, une pérégrination dans une Europe aujourd’hui disparue.
   
   Après une scolarité très chaotique, échappant de peu (trop mauvais en math) à Sandhurst, le jeune homme s’interroge sur son avenir quand l’hiver par trop mélancolique fut venu.
   Examinant les cartes il décide d’abandonner l’Angleterre et de "traverser l’Europe comme un clochard".
   
   Le temps de rassembler un sac à dos, un bâton de marche, de glisser dans le sac carnet, crayons, une anthologie de vers et un petit Horace de poche, il débarque un matin de décembre à Rotterdam où "la neige s’empilait sur les épaules de la statue d’Erasme".
   Dans une taverne il annonce sa destination : Constantinople ! le patron "me fit signe d’attendre, produisit deux petits verres, les remplit d’un liquide transparent issu d’une longue bouteille en grès. Nous trinquâmes ; il vida le sien d’un coup et je l’imitai. Les oreilles pleine de ses souhaits de bon voyage et l’estomac brûlé par le bols, la main broyée par sa poignée d’adieu, je me mis en chemin."
   

   Dès les premiers jours il trouve chaque soir un gîte sans problème, parfois dans une grange, un édredon chez l’habitant ou dans une cellule de prison offerte aux voyageurs pauvres.
   
   "Dès que pointait une ferme ou un village, j’entrais dans le monde de Pierre Brueghel."

   
   Les chemins glacés, des landes couvertes de neige "la couleur, la lumière, le ciel, l’amplitude de l’espace, l’étendue et les détails des villages et des villes s’entremêlaient pour tisser un charme merveilleusement consolant et réparateur."
   

   La Hollande vite traversée il entre en Allemagne "La barrière était peinte en noir, blanc et rouge, et je discernai bientôt le drapeau écarlate avec son disque blanc et sa croix gammée."
   

   La journée il marche en déclamant tout ce qu’il sait de poésie anglaise, de tirades de Shakespeare, Pour passer le temps en marchant, il récite à haute voix "la plupart des Odes de Keats" ainsi que Tennyson, Browning et Coleridge. De la poésie française et quand la journée est longue il a recours au latin, Virgile et son Enéïde, la Pharsale et bien sûr Horace toujours présent.
   
   Le soir il respecte un rituel "je m’installais devant une lourde table d’auberge, avec ma neige fondante, des fourmillements dans tout le corps et, à portée de la main, du pain, du vin, du fromage et mes papiers, mes livres et mon journal."
   Il est heureux !!
   
   Les haltes sont parfois un rien coquines, quelques jours passés chez deux jeunes filles où il écluse la cave du propriétaire des lieux sans vergogne tel un "bois-sans-soif"
   
   Il est à Ulm un jour de marché, une ville magnifique où il se serait attardé s’il avait pu deviner que "les trois quarts de la vieille ville périraient dans les flammes et les bombes quelques années plus tard"
   

   A Munich une halte un peu trop prolongée à la Höfbrauhaus lui valut une superbe Katzenjammer, son vocabulaire allemand s’est brutalement élargi jusqu’à la gueule de bois.
   Ayant déposer tous ses bien dans une auberge de jeunesse avant cela, le lendemain est dur, tout à disparu, le sac, son argent, son journal.
   Le gouvernement bienveillant de sa Majesté lui permit de poursuive sa route en lui allouant un prêt.
   
   Ici intervient la première halte d'un genre nouveau et qui va devenir un rituel.
   Des amis de sa famille ont écrit un peu partout en Europe pour que l’on accueille ce vagabond dissipé. Ces étapes de schloss en palais sont les bienvenues après le confort précaire des granges, une hospitalité pleine de noblesse, un bain chaud, parfois un bon whisky et toujours l’accès à de somptueuses bibliothèques.
   Un petit Horace in-12 est venu remplacer celui disparu et "il ennoblit aussitôt le clochard que j’étais en fait"
   
   En janvier 1934 il est à Salzbourg, il lorgne sans espoir vers les sommets enneigés rêvant de ski, un nouveau Schloss, une nouvelle recommandation et le soir il paie son écot en racontant son voyage.
   Faisons des sauts, Linz, l’abbaye de Melk, Vienne enfin, Vienne, "La splendeur d’une capitale et l’intimité familière d’un village."
   
   Là, grâce à un compagnon de rencontre, il va gagner quelques sous en crayonnant des portraits mais n’oubliera de voir ni le ring, ni la crypte des capucins, ni les musées. Trois jours se transforment en trois semaines, il est temps de reprendre la route.
   
   Il va devoir ajouter deux langues à son répertoire dans les villes et villages traversés
   "le petit brouhaha de magyar et de slovaque étaient noyé par les voix parlant allemand prononcé à l’autrichienne ou avec l’accent invariable du hongrois. Le plus souvent on conversait en Yiddish, dont l’inflexion allemande me faisait toujours croire que j’allais saisir un semblant de sens."

   A Vienne il a fait connaissance de Hans qui est tchèque et qui va lui proposer un détour jusqu’à Prague.
   Trois jours bénis où il tombe amoureux de la ville, Prague dont Patrick Leigh Fermor dit "Aujourd’hui quand je regarde les photos de cette belle ville perdue, le charme opère encore"
   A l’heure ou PL Fermor écrit, Prague est encore une ville derrière le rideau de fer !
   
   La fin de cette première grande étape arrive, l’hiver s’en est allé, notre vagabond va faire une dernière halte dans un château, chez le Baron Pips qui l’accueille un livre de Proust en main "J’ai commencé le premier volume en octobre et j’ai poursuivi ma lecture tout l’hiver.(...) Je me sens si proche de tous ces personnages, je suis au désespoir à l’idée de les quitter"
   

   Les boiseries de la bibliothèque sont invisibles sous les livres, le baron à un air de Charles Haas et fait un peu l’éducation du jeune homme "Ces jours passés à Kövecses furent une période de complet bonheur et une étape importante dans mon évolution personnelle."
   

   Quelques villages hongrois, des douaniers qui le prennent pour un contrebandier et notre Child Harold va passer sa première nuit à la belle étoile, le printemps est là, les cigognes sont revenues, et le dimanche de Pâques au milieu de la foule endimanchée il va atteindre Esztergom.

critique par Dominique




* * *