Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un homme en harmonie de Frédéric H. Fajardie

Frédéric H. Fajardie
  Patte de velours
  Un homme en harmonie

Un homme en harmonie - Frédéric H. Fajardie

Roman noir historique
Note :

   Cruel dilemme pour le colonel Leroy-Clementi, chef incontesté de l’OSM, "Organisation Secrète Militaire" du Sud-ouest : doit-il et peut-il renseigner l’ennemi afin de sauver la vie de cinq cents de ses hommes, de cinq cents résistants ?
   
   Un marchandage-bras de fer entre un homme qui, reniant son passé, son enfance bourgeoise, se cherche un peu, et un officier SS qui, par son flegme et son horreur affichée de la violence, de la torture, sape moralement son prisonnier. Un compromis entre le jeu d’échecs et le poker.
   
   Leroy-Clementi possède une vision bien à part du rôle de la Résistance et méprise quelque peu les planqués, les parachutés londoniens qui le jalousent. Son code de l’honneur l’entraîne à préserver des vies humaines au détriment de l’armement, mais cela est mal vu, mal ressenti par ceux qui préfèrent les coups d’éclats.
   
   Et les huit mois qui jalonnent son arrestation et le débarquement seront huit mois de souffrances morales, de reniements de certains de ses compagnons, de ceux qui considèrent les faits d’arme comme un mal nécessaire.
   
   Mais Leroy-Clémenti ne doute jamais ni de lui ni du bien-fondé de ce qui est considéré par certains comme une trahison, une collusion avec l’ennemi.
   
   Fils de bourgeois ayant connu la richesse, l’aisance puis la dégradation, la déchéance, Leroy-Clémenti ne renie pas son honneur, ses principes, contrairement à ceux qui, pour une parcelle de gloire, sont prêts à le désigner à la vindicte générale. Mieux, fidèle à sa ligne, il ne déroge pas, n’accepte aucun compromis tandis que dans son camp, par jalousie, par soif de gloriole, on lui jette l’opprobre…
   
   Ce roman est composé de deux parties qui s’imbriquent. La première est constituée d’extraits du journal de Leroy-Clémenti, lequel se met à nu, racontant sa guerre, ses choix, sa jeunesse, dans une période datée du 25 juillet au 2 août 1944.
   
   L’autre partie est composée d’annexes, d’extraits de procès-verbaux datant de 1947 à 1957, surtout des interrogatoires entre un juge d’instruction et le préfet Monnier, "Euclyde" dans la clandestinité, et qui s’avère se poser comme le principal rival de Leroy-Clementi.
   
   Une page d’histoire orchestrée par trois hommes : l’Allemand, le SS, qui joue avec la torture morale ; Leroy-Clementi, le pur, qui sera blâmé, méprisé, honnis et Euclyde, le méprisable qui sera honoré grâce, ou à cause, de ses déclarations, de ses actes sournois.
   
   Frédéric Fajardie abandonne depuis quelque temps le roman noir, policier, dur, par lequel il s’est fait connaître, pour effectuer une incursion dans le roman noir historique : la Guerre d’Espagne avec 3Une charrette pleine d’étoiles3 et la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale avec ce roman, deux ouvrages édités chez Payot.
   
   Ce n’est pas l’action pure et dure qui préoccupe Fajardie dans ces deux cas, mais bien les retombées psychologiques face aux événements qui dépassent un peu ses héros. Des héros parfois anonymes, qui ne veulent accorder aucune concession à leurs convictions. On est loin des scénarios de David Lansky.

critique par Oncle Paul




* * *