Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un infidèle en Egypte de Amitav Ghosh

Amitav Ghosh
  Un océan de pavots
  Les Feux du Bengale
  Lignes d’ombre
  Le chromosome de Calcutta
  Compte à rebours
  Le Palais des miroirs
  Le Pays des marées
  Un fleuve de fumée
  Un infidèle en Egypte

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2016 & JANVIER 2017

Amitav Ghosh est un écrivain indien né en 1956 à Calcutta, au Bengale.

Il a passé son enfance au Bangladesh, en Iran, en Inde et au Sri Lanka.

Il a obtenu une maîtrise d'histoire à l'université de Delhi, suivie d'un doctorat en anthropologie à Oxford et il a enseigné à l'université de Delhi et aux Etats-Unis.

Il vit maintenant à New York.

En 1990, il a reçu le prix Médicis étranger pour « Les Feux du Bengale » .

Un infidèle en Egypte - Amitav Ghosh

Une enquête littéraire, mais pas que
Note :

   Ce livre n’est pas un roman mais se lit bel et bien aussi aisément qu'un roman. Il s'agit du récit de voyages et séjours d'étude que l'auteur fit en Egypte quand il avait à peine plus de vingt ans. Il avait entrepris ces voyages à la poursuite de Ben Yiju, marchand d'Aden du 12ème siècle et de son esclave indien. Il suivra leurs traces à travers les rares textes rescapés de l'époque, généralement des lettres. Pour ce faire, il ira à Lataîfa et Nashawy, petits villages égyptiens où son professeur lui a trouvé un hébergement et au Caire, avant de finir la rédaction de son livre aux U.S.A.
   
   Pour avoir vécu dans l'intimité de ces familles pauvres et simples de fellahs, il a lié beaucoup d'amitiés et, immergé dans leurs vies quotidiennes, il a parfaitement compris quels pouvaient en être les contraintes, difficultés, problèmes et espoirs. Il a su lier avec eux des liens personnels qui n'ont jamais disparu, et il a eu du mérite souvent car il y a subi les attaques incessantes d'un prosélytisme religieux virulent. Il semblait quasi impossible à ces paysans égyptiens de croire qu'on pouvait ne pas être musulman et, si malgré tout, c'était le cas, totalement impossible qu'il n'y eut pas nécessité urgente de se convertir. Jamais aucun n'a pu imaginer ne serait-ce qu'une seconde la validité d'une autre vision du monde – on ne parle même pas de l'athéisme. Mais Amitav Ghosh témoigne d'un caractère doux et patient et d'énormément de qualités humaines. Sa capacité d'empathie est aussi grande que sa tolérance et cela le rend sympathique tant au lecteur qu'à ses voisins de l'époque. Et tout l'intéresse. Il se fait raconter aussi bien les légendes anciennes que les derniers commérages et les bavards flattés d'avoir un auditoire l'accueillent volontiers.
   
   Nous découvrons ainsi deux récits qui se croisent constamment : celui de sa vie quotidienne lors de ce séjour égyptien et celui de celle de Ben Yiju huit siècles plus tôt, qu'il découvre de façon de plus en plus précise au fil de ses recherches dans les diverses bibliothèques. Beaucoup d'érudition, mais jamais aride. Ses aventures et celles de Ben Yiju nous captivent, autant que les peintures des sociétés qui les entourent nous passionnent. Vous l'aurez compris, c'est un récit qu'on ne lâchera pas avant d'en avoir tourné la dernière page, et qu'on quittera en ayant appris bien des choses. C'est ce que je vous souhaite.

critique par Sibylline




* * *