Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Instantanés de Alain Robbe-Grillet

Alain Robbe-Grillet
  Un Régicide
  Les Gommes
  Le Voyeur
  La reprise
  La Jalousie
  Dans le labyrinthe
  L'année dernière à Marienbad
  Instantanés
  Pour un nouveau roman
  La Maison de rendez-vous

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2017

Alain Robbe-Grillet est un romancier et cinéaste français. Il est né à Brest le 18 août 1922 dans une famille bourgeoise.

Il obtient son diplôme d'ingénieur agronome, puis est envoyé au STO à Nuremberg.

A son retour, à la Libération, il est employé comme ingénieur à Paris puis au Maroc, en Guinée, Martinique et Guadeloupe.

Son premier roman, Les Gommes, parait en 1953 aux Editions de Minuit pour lesquelles il devient bientôt conseiller littéraire, fonction qu'il exercera pendant 30 ans tout en continuant à écrire et à y publier.

Pour sa production et son influence, il sera considéré avec Nathalie Sarraute comme le chef de file du nouveau roman,.

Il travaille également pour le cinéma, notamment sur le scénario de L'Année dernière à Marienbad

Il a aussi enseigné dans des universités américaines et Belge.

Il a été élu à l'Académie française le 25 mars 2004 mais n'a jamais passé la cérémonie de réception.

Installé dans le Calavdos, il est mort à Caen d'une crise cardiaque, le 18 février 2008. Il avait 85 ans.

Instantanés - Alain Robbe-Grillet

Juste des miettes révélatrices
Note :

   Comme l'indique le titre, ces textes brefs s'apparentent à des photographies, figent des mouvements en arrêt sur image, ou encore procèdent à d'obsédantes répétitions.
   
   Une cafetière sur une table dans une pièce où des mannequins de bois attendent l'essayage, une école où l'instituteur remplaçant fait lire les élèves, des arbres dont les troncs parallèles se reflètent dans une mare forment un premier ensemble, des "visions réfléchies".
   
   Trois promeneurs font le tour d'une île mais ne peuvent ensuite franchir le gué quand la mer monte : c'est "le chemin du retour".
   
   Longeant la falaise, trois enfants marchent sur le sable : c'est "la plage". Les oiseaux s'envolent à chaque fois que le trio se rapproche un peu trop.
   
   Un acteur en cours de répétition tourne le dos à la salle, c'est "la scène".
   
   Quelques personnes dans un escalier mécanique, puis dans un souterrain scandé d'affiches publicitaires, toujours les mêmes, et enfin devant le portillon fermé de la station du métro forment "Dans les couloirs du métropolitain".
   
   Par contraste avec ces images réalistes et quotidiennes, "la chambre secrète" offre la vision onirique d'une beauté nue et enchaînée que l'on vient de sacrifier dans un salle voutée, tandis que l'assassin s'échappe par l'escalier en colimaçon.
   
   Ces "Instantanés", écrits de 1954 à 1962, illustrent assez bien les obsessions de l'auteur pour les miroirs, les reflets, les répétitions, les descriptions lentes de mouvements, la géométrie et enfin l'érotisme.

critique par Mapero




* * *