Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une relation dangereuse de Douglas Kennedy

Douglas Kennedy
  L'homme qui voulait vivre sa vie
  Une relation dangereuse
  Cul-de-sac
  La femme du Ve
  Les charmes discrets de la vie conjugale
  La poursuite du bonheur
  Les désarrois de Ned Allen
  Piège nuptial
  Quitter le monde
  Cet instant-là
  Cinq jours
  La symphonie du hasard T1

Douglas Kennedy est un écrivain américain né en 1955 à New York. Il a été régisseur de théâtre aux Etats Unis puis en Irlande. Il commence à écrire en 1978 et quitte son emploi pour s'y consacrer dès 1983. Néanmoins, il doit encore écrire pour des journaux pour assurer sa subsistance. Sa première pièce est jouée en 1986. C'est un four. Il commence à être publié en 1988 et connaît le succès très rapidement.

Une relation dangereuse - Douglas Kennedy

Quand le mariage se transforme en cauchemar
Note :

   Sally, journaliste américaine de 37 ans, est correspondante du Boston Post au Moyen-Orient. Envoyée couvrir une catastrophe humanitaire en Somalie, elle rencontre Tony Hobbs, un reporter anglais. C'est le coup de foudre. Aussi indépendants l'un que l'autre, ils décident cependant de se marier lorsque Tony se voit offrir un poste important au siège de son journal à Londres et que Sally se retrouve enceinte. La vie rêvée se transforme rapidement en cauchemar : la grossesse de Sally se passe mal, et elle fait une grave dépression post-natale. Mais le pire est à venir, car son mari monte contre elle une terrible machination...
   
   J'ai découvert Douglas Kennedy avec ce roman. Ses fans s'accordent à dire que ce n'est pas son meilleur, mais pour ma part, je l'ai trouvé assez réussi, en dépit de quelques longueurs. Le personnage de Sally, qui nous raconte son histoire, est très crédible (saluons le talent de l'auteur qui arrive parfaitement à se glisser dans la peau d'une femme), et les différentes étapes de sa descente aux enfers sont retracées avec beaucoup de réalisme, que ce soit sa vie solitaire à Londres, une ville où elle n'a ni amis ni famille, ses relations complexes avec un époux qu'elle connaît à peine, ou les affres de sa dépression post-natale, décrites avec un luxe de détails qui donne des frissons. L'effondrement de Sally est d'autant plus spectaculaire qu'elle est loin d'être une faible femme : c'est au début du livre une journaliste aguerrie, courageuse, éprise de liberté et dotée d'un sang-froid à toute épreuve. Le contraste avec la suite du roman est frappant.
   
   Si la première partie d' "Une relation dangereuse" aurait peut-être gagné à être plus ramassée (la dépression post-natale traîne en longueur et finit par devenir agaçante), le reste du récit, plus palpitant, se dévore très vite. Trahie par son mari, Sally reprend en effet du poil de la bête pour contrecarrer ses sinistres projets.
   
   Bien écrit, facile à lire, "Une relation dangereuse" permet de passer un bon moment. Sa lecture est toutefois déconseillée aux femmes enceintes ou sur le point de se marier !
    ↓

critique par Caroline




* * *



Etes-vous sûr de votre moitié ?
Note :

   Comment peut-on être sûr de connaître vraiment quelqu’un ? C’est la question que Sally ne va cesser de se poser pendant de longs mois…Mais commençons par le début…
   
   En mission au Moyen-Orient pour son travail, Sally, journaliste de son état rencontre Tony, journaliste lui aussi…c’est le coup de foudre, ils ne se quittent plus…ces deux carriéristes de près de quarante ans ne se sont jamais vraiment poséla question de la stabilité de couple, ni encore moins celle du mariage, cependant, ils vont y être confrontés plus tôt qu’ils ne le pensaient…
   
   En effet, Sally va tomber enceinte et va alors se poser le choix fatidique…ils ne se connaissent pas depuis longtemps mais n’ont pas envie de se quitter, et malgré toutes les restrictions et les concessions qu’ils vont être obligés de faire, ils décident de garder l’enfant, de s’installer à Londres où Tony a obtenu un poste dans un bureau, et de se marier.
   
   Tout se déroule rapidement mais ils nagent tous les deux dans un bonheur nouveau et apprennent à supporter ce rythme de vie tranquille auquel ils n’étaient pas habitués.
   
   Cependant, alors qu’un équilibre fragile semble s’être installé, Sally commence à avoir des soucis de santé dus à sa grossesse…
   
   Cet état se dégradera encore davantage ...
   
   En lisant le quatrième de couverture, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de roman, tout commence très subtilement, très légèrement, un coup de foudre, deux personnes qui s’aiment et qui se découvrent, et d’un coup, tout s’obscurcit…mais à un point qu’on arrive même pas à concevoir, car le plus gros se trouve encore après le petit résumé que je viens de vous faire, et vous le concevez bien, j’imagine, c’est déjà pas mal pour un début catastrophique !
   
   Il y a cependant un autre sujet sous-jacent à cette histoire, c’est la récurrente comparaison entre la façon de penser à l’américaine et à l’anglaise…les personnages y sont sans cesse confrontés et l’auteur américain en profite un peu pour se décharger de ses rancœurs anglaises me semble-t-il.
   
   Quoiqu’il en soit j’ai vraiment dévoré ce livre, car si le début commence très calmement, le récit ne va cesser de monter en crescendo, jusqu’à la dernière page, même si l’on pense que le pire est passé.
   
   Petite précision, les ‘mamans’ seront, comme moi, certainement d’autant plus révoltées et touchées par ce roman…lisez-le, vous comprendrez…

critique par Mme Patch




* * *