Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Moi et le diable de Nick Tosches

Nick Tosches
  La religion des ratés
  Country. Les racines tordues du rock'n'roll
  Héros oubliés du rock'n'roll : les années sauvages du rock avant Elvis
  Les Pièges de la nuit
  La Main de Dante
  Confessions d'un chasseur d'opium
  Night train
  Moi et le diable
  Le Roi des Juifs

AUTEUR DES MOIS D'AVRIL & MAI 2017

Nick Tosches, né en 1949 à Newark, dans le New jersey, d'un père italien et d'une mère irlandaise, a grandi à New York.

Divers petits boulots remplacent les études et ses premiers textes sont d'abord publiés dans des magazines de rock.

Il est l'auteur de plusieurs biographies, d'ouvrages de référence sur la musique moderne nord américaine et de polars, mais aussi de poésies.

Moi et le diable - Nick Tosches

Remake du pacte Faustien
Note :

   Titre original : Me and the devil
   
   C’est avec un peu d’inquiétude que j’ai attaqué la lecture de "Moi et le diable" tant ma précédente lecture de "La main de Dante", du même Nick Tosches, avait été pénible. Ce fut "moins pire" même si, et c’est un euphémisme, je ne me sens pas en adéquation de pensée avec le sieur Tosches.
   
   Qui apprécie apparemment se mettre en scène dans ses romans. C’était déjà le cas dans "La main de Dante", bis repetita. Ou disons qu’il met en scène un écrivain bien vieillissant, Nick, vivant à New York. De la même manière qu’il fait intervenir dans des dialogues directs Keith Richards (le guitariste des Rolling Stones) ainsi qu’Olivier Ameisen (médecin français ayant milité pour la reconnaissance de l’efficacité du traitement "Baclofène" pour supprimer la dépendance à l’alcool). Si Nick Tosches s’inspire de son propre état mental et physique pour brosser celui de l’écrivain Nick, héros de ce roman, alors il est sacrément décati et bien rongé par l’alcool, d’autres substances, et une sérieuse dose de misanthropie ! De suffisance aussi et c’est ce qui me gêne le plus dans les personnages que met en scène Nick Tosches. Ils ne peuvent être sympathiques et ils sont très suffisants.
   
   Ici Nick, écrivain au bout du rouleau physiquement, pense retrouver une seconde jeunesse en séduisant toutes jeunes femmes (l’aura de l’écrivain !) et en ayant avec elles des relations qui dérivent rapidement de relations type sado-masochistes à la quête du retour à la jeunesse, à l’immortalité, en leur infligeant de petites blessures pour avoir le goût de leur sang. Il y aura même contact avec le diable…, à moins que… delirium tremens ? Nick oscille au fil du roman en réunions chez les A.A. (Alcooliques Anonymes) avec rechutes volontaires avec vins et champagnes à prix indécents. Bon… Ce n’est pas trop mon trip et j’ai regardé tout ça d’un œil torve, me demandant si vraiment il y avait du génie là-dedans comme Keith Richards, justement, l’écrit dans la quatrième de couverture : "Un sommet, par l’un des plus grands écrivains actuels. Tosches connait le diable comme personne…" Quant au New Yorker, il parlerait "d’œuvre délicieusement perverse". Vous avez dit "délicieusement" ??

critique par Tistou




* * *