Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vernon Subutex - 3 de Virginie Despentes

Virginie Despentes
  King kong théorie
  Bye bye Blondie
  Les jolies choses
  Apocalypse bébé
  Vernon Subutex - 1
  Vernon Subutex - 2
  Vernon Subutex - 3

Virginie Despentes est une écrivaine française née en 1969 à Nancy.

Vernon Subutex - 3 - Virginie Despentes

Quel plaisir de l'entendre dire ces choses !
Note :

   "Kiko, t'as encore écouté France Culture ? Arrête. On te l'a déjà dit. Ça se mélange super mal avec la cocaïne."
   
   Dans mon commentaire du tome 2, je prévoyais que le T3 serait "bien plus rugueux et bien plus dur". On peut dire que je ne me trompais pas. Je me plaignais aussi d'avoir dû attendre 6 mois entre le T1 et le T2, mais là, je ne connaissais pas mon bonheur : il a fallu attendre deux ans, cette fois-ci ! Deux ans, Virginie ! T'es sérieuse, là ?
   
   Toujours est-il que j'étais contente de retrouver Vernon Subutex. J'avais vraiment envie de savoir ce que tout cela devenait et hâte de retrouver la vision du monde de Virginie Despentes. J'avais peur d'avoir oublié trop de choses pour bien en profiter, mais non, avec l'aide du générique de départ, on y arrive bien.
   
   Vernon et ses amis se sont organisé une vie sans contrainte qui n'est pas sans évoquer les communautés hippies de l'âge d'or du mouvement. Ils vivent de ce que leur rapportent les séances au cours desquelles Vernon mixe une musique dont il tire des mélanges si étonnants qu'ils emportent toute l'assistance dans un trip sans produits... Ils sont heureux ainsi, loin de tout et de tous, en particulier de Dopalet qui est loin d'avoir digéré ce qui lui est arrivé dans le tome 2. Mais voilà que le vieux Charles meurt, et Charles avait gagné un magot colossal à la loterie, dont il n'avait parlé à personne et qu'il utilisait peu ou pas. Et Charles leur a légué beaucoup d'argent...
   
   Voilà la situation de départ de cette fin de trilogie, je vous laisse découvrir comment tout cela évoluera. Mais surtout, je vous laisse retrouver encore une fois la jubilatoire peinture de société faite par V. Despentes. Quel plaisir de l'entendre dire ces choses ! Le paysage littéraire français a bien besoin d'elle. Il y a dans ces pages des morceaux de bravoure qu'on voudrait recopier et diffuser. Des tirades si justes, des dialogues si frappants ; sans parler de l'empathie si forte avec laquelle elle habite tous ses personnages, bons ou mauvais.
   
   On a dit du mal de ce dernier volet des aventures de Vernon Subutex parce que les gens adorent brûler ce qu'ils ont encensé. Il n'y a pas qu'à Despentes que cela arrive, les exemples sont nombreux, vous n'aurez pas de mal à en trouver. Je ne partage pas du tout ces avis.
   
   On lui a reproché une fin trop rapide, mais le drame est rapide. Après, on y repense longtemps, ressassant combien tout a tenu à une seconde et aurait pu se passer autrement, mais le drame lui-même survient comme un éclair. Demandez aux survivants des attentats terroristes (puisque tout le tome est sous le signe de ces attentats) si la minute d'avant tout n'était pas sans histoire pour que juste après, tout soit fini, sans qu'il y ait rien à ajouter. Oui, la fin peut être rapide, cela n'a rien d'incohérent et je n'ai absolument pas eu l'impression qu'elle était "bâclée". Très bien, au contraire.

critique par Sibylline




* * *