Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Enfants de l'Oncle Tom de Richard Wright

Richard Wright
  L'homme qui a vu l'inondation – Là-bas, près de la rivière
  L'homme qui vivait sous terre
  Les Enfants de l'Oncle Tom
  Un enfant du pays
  Black boy
  Le transfuge
  Une faim d'égalité
  Huit hommes
  Le barbare du 7ème jour

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2017

Richard Wright est un journaliste et écrivain américain, né en 1908 à Natchez (Mississippi) et décédé d'une crise cardiaque en 1960, à Paris. Il avait pris la nationalité française en 1947.

Petit-fils d'esclave, il connait une jeunesse très misérable à Memphis où sa mère l'élève seule, ainsi que son frère. Il n'est pas un enfant facile, mais il croit néanmoins à l'intéret des études (non favorisées au niveau familial) et parvient à assurer son éducation. Quand il partira pour Chicago, cela lui permettra de mieux vivre.

Il devient journaliste, adhère au Parti communiste pour quelques années. Il le quittera, ne s'y sentant pas assez libre.

"Un enfant du pays" sera le premier roman écrit par un Afro-Américain à être un bestseller et à intégrer la sélection du Book of the Month Club.

Il se consacre ensuite à l'écriture et ses livres sont des succès

Pour échapper au maccarthysme, Richard Wright s'installe en France en 1946 avec sa famille.

Il y rencontre Sartre et Camus et sympathise avec les Existentialistes. Il mènera encore plusieurs combats pour les droits des Noirs.

Il est mort d'une crise cardiaque à Paris à 52 ans. Il a été incinéré et ses cendres sont au Père-Lachaise

Les Enfants de l'Oncle Tom - Richard Wright

Ségrégation in the USA
Note :

   Titre original : Uncle Tom's Children (1938)
   
    Guggenheim Fellowship (1939)

   
   "Les enfants de l'Oncle Tom" est un recueil de quatre longues nouvelles :
   "Le feu dans la nuée", "Le départ de Big-Boy", "Long-chant-noir" et "Là-bas, près de la rivière"
   
   La première raconte un mouvement de revendication noir de sa genèse (famine) à sa conclusion. Il est nettement inspiré de ce que Richard Wright lui-même a vécu. Un pasteur honnête homme, qui a le respect de ses ouailles, subit de violentes pressions des autorités d'un côté et des membres de la cellule locale du PC pour les idées desquels il a des sympathies, de l'autre. Mais comme l'auteur, il est un homme de convictions personnelles et il ne peut accepter de consignes venues d'en haut. Le parallèle entre les deux pouvoirs (l'un quand même beaucoup plus destructeur que l'autre) est un problème qui a beaucoup préoccupé Wright. Il illustre ici le dilemme de façon poignante.
   
   "Le départ de Big-Boy" est un récit dramatique qui montre les dérapages inévitables et terriblement violents dû aux heurts de deux mondes gouvernés par le racisme le plus total. La catastrophe est à tous les coins de rue. C'est très stressant et peint avec une justesse sidérante.
   
   La troisième nouvelle est encore une illustration du racisme. Un noir ne refuse aucun effort ni sacrifice depuis des années pour arriver à acquérir une petite ferme qui, selon lui, lui permettra d'être un homme à part entière et non plus cette image dégradée que lui renvoient les Blancs qu'il déteste. Et puis un grain de sable...
   
   Enfin, le récit "Là-bas, près de la rivière" traduit par Boris Vian a récemment été réédité en Folio 2€ commenté ici.
   
   Quatre textes superbes d'un point de vue littéraire, quatre textes brûlants comme la lave, pour dire le racisme dans le sud des états unis au milieu du 20ème siècle encore. Un racisme qui tue énormément, et pour pas grand chose.

critique par Sibylline




* * *