Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Des femmes qui dansent sous les bombes de Céline Lapertot

Céline Lapertot
  Des femmes qui dansent sous les bombes
  Ne préfère pas le sang à l'eau

Céline Lapertot est une écrivaine française née en 1986.

Des femmes qui dansent sous les bombes - Céline Lapertot

Après le pire
Note :

   Son premier roman sur l’enfance maltraitée, "Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre" m'avait déjà marqué. On retrouve dans ce deuxième livre le désir de tout dire, même l’indicible, même le pire en construisant un savant équilibre entre l’horreur du récit et la force de l’écriture qui permet de maintenir à la juste distance un lecteur immédiatement happé. Car Céline Lapertot, n’en doutons pas, est une véritable femme de lettres qui connaît la valeur des mots, leur impact en fonction de leur agencement et qui manie rythme et prosodie avec brillance et maestria.
   
   Nous voici plongés au cœur de l’Afrique noire, là où la guerre civile sévit. Se faisant journaliste, Céline Lapertot dissimule sa plume derrière une caméra où viennent témoigner des femmes que l’on a surnommées les "Lionnes indomptables". Celles qui pour survivre, accepter l’inacceptable, donner un sens à ce qui en a perdu, n’ont trouvé d’autres moyens que de s’armer d’un AK47 et de s’enrôler dans une armée certes régulière, majoritairement masculine mais baroque pour venir à bout d’insurgés.
   
   Elles combattent avec détermination et courage les monstres qui ont fait basculer leurs vies. Comme celle de Séraphine, une jeune femme calme, vivant dans un village relativement tranquille et qui ne rêvait que de son futur mariage avec le beau gars élu de son cœur. Jusqu’au débarquement d’une bande d’insurgés qui rasa le village, tuant sous ses yeux son jeune frère, éventrant son père, violant sa mère avant de l’égorger et forçant la jeune femme de toutes les façons possibles pour l’abandonner à l’arrivée miraculeuse de l’armée régulière. Sauvée d’une mort presque certaine grâce aux soins d’un docteur qui tente de faire ce qu’il peut pour conserver un semblant d’humanité dans un océan de désolation, elle trouvera en Blandine, sa voisine de chambre à l’hôpital la force de continuer de croire et un substitut de mère à laquelle s’identifier. Blandine, la chef de guerre, la lionne indomptable qu’elle rejoindra bientôt.
   
   Derrière chacun des récits qui se déroulent, se croisent et s’entremêlent, se cache une question essentielle : celle du droit à la vengeance, celle de la légitimité de tuer pas tant pour sauver une cause dont on ne sait rien que pour effacer les souillures intimes, inaliénables que ceux que l’on pourchasse ont posées en vous, détruisant tout de vos valeurs comme de votre simple personne. Céline Lapertot y apporte une réponse, celle de femmes qui dansent sous les bombes aux pas d’une marche forcée, détruisant les hommes sur leur passage, vengeant avec le tranchant d’une lame et à coup de fusils mitrailleurs les outrages subis.
   
   On ne peut que sortir ébranlés par ce livre superbement construit, écrit avec maîtrise, dur et vrai comme ces guerres qui nous entourent et dont nous voulons savoir le moins possible pour ne pas déranger nos consciences.

critique par Cetalir




* * *