Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le jardin des sept crépuscules de Miquel de Palol

Miquel de Palol
  Le jardin des sept crépuscules

Le jardin des sept crépuscules - Miquel de Palol

Tout sauf simple
Note :

   J’ai refermé le roman hier soir, j’en ai rêvé toute la nuit, et je ne sais trop comment je vais vous en parler. C’est que ce roman, ce roman… j’ai adoré. J’ai été immergée dans cette histoire, j’ai tout remis en question et je sens que le roman va faire partie de mon top 10 de l’année. Rien que ça. Je vous donne envie? Et si je vous dis que je MEURS d’envie d’en parler avec des gens pour en discuter et comparer nos interprétations? Amateurs de livres qui révèlent tout facilement et qui donnent toutes toutes les réponses, passez votre chemin. Par contre, si vous aimez vous immerger dans un univers, dans un dédale d’histoires et de faux semblants et refermer un livre complètement déboussolé, avec l’envie d’en jaser à tout le monde… jetez-vous dessus!
   
   Cette histoire a été écrite en 1989 et traduite en français en 2016.
    Il se déroule donc dans un futur proche pour nous, le monde est dévasté par une guerre nucléaire, Barcelone est à feu et à sang et le sort de l’humanité est en jeu. Le narrateur est transporté à grands risques dans un endroit mystérieux, presque mystique, où sont rassemblés des grands de ce monde, dans un cocon presque hors du temps pour le dit narrateur. L’histoire commence avec des airs de décaméron et d’heptaméron et, pour passer le temps, les gens racontent des histoires, dont celle de la banque Mir et de ses héritiers. On plonge alors dans des histoires toutes plus variées (et parfois étranges) les unes que les autres, avec mise en abyme sur mise en abyme (jusqu’à 9 histoires enchâssées) (oui, il faut suivre), avec toute une galerie de personnages (encore une fois, il faut suivre) provenant de différentes époques.
   
   On lit donc l’histoire de Lluisa Cros, héritière de la banque, une femme solaire au comportement parfois étrange, l’histoire d’un groupe d’empoisonneurs ou encore le récit d’adolescents qui lancent des pommes de terre du haut d’une fenêtre. Juste au moment où on commence à être perdu, on comprend soudain certains liens entre les histoires et surtout entre celles-ci et plusieurs des narrateurs originaux (ceux de la première histoire, donc… ceux qui sont dans la maison dans les montagnes). Et à ce moment-là, on ressent le besoin de relire histoire par dessus histoire, on s’émerveille devant la maîtrise de l’auteur qui se retrouve parfaitement dans ces récits complètement subjectifs. On remet tout en question, y compris notre position de lecteur, on a envie d’y croire… bref, un joyau. Sans mauvais jeu de mot.
   
   C’est un roman qui demande de l’attention, de la patience, de l’effort et de l’amour. Ça ne va pas plaire à tout le monde (il fait quand même 1152 pages), ça parle de machinations internationales et "simple" est le DERNIER mot à utiliser pour le décrire. C’est tout plein de petites ramifications et il faut avoir toute sa tête.
   
   Coup de cœur!

critique par Karine




* * *