Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La serpe de Philippe Jaenada

Philippe Jaenada
  Le Cosmonaute
  Les brutes
  Le chameau sauvage
  Plage de Manacora, 16h30
  La femme et l'ours
  Sulak
  La petite femelle
  Spiridon superstar
  La serpe

Philippe Jaenada est un écrivain français né en 1964.

La serpe - Philippe Jaenada

« Le Moi est haïssable »*
Note :

   Rentrée littéraire 2017
   Prix Fémina 2017
   
    En 1941, en pleine période de sombre occupation, un triple meurtre fait scandale.
   
    Dans un château du Périgord, à Escoire exactement, le père, la tante et la bonne sont massacrés à coup de serpe dans la nuit. Seul survivant de ce carnage, le fils, Henri Girard. Les détails troublants et compromettants portent sur lui et il est accusé des meurtres. En plus, il devient le seul héritier de l'immense fortune familiale.
   
    Condamné et acquitté, le ténor du barreau de Paris, Maurice Garçon le défend. Le meurtre reste non élucidé.
   
    Le jeune Henri Girard, enfant gâté et mal aimé, dilapidera la fortune familiale, partira loin, reviendra, sera écrivain, journaliste, militant politique et défendra toute sa vie les causes perdues ou non.
   
    Il publiera un livre qui lui vaudra gloire et fortune, "Le salaire de la peur," et prendra le nom de Georges Arnaud.
   
    Henri Girard appartient à une famille très aisée, son père veuf très tôt, est archiviste auprès d'un ministre au gouvernement de Vichy. Il aime son fils mais a du mal à le lui montrer.
   
    L'enfant s'élève dans l'absence de sa mère, qui n'avait pas été acceptée par la famille. Une rancœur tenace s'ajoute à un probable mal être.
   
    Très intelligent, il affirme un caractère capricieux, colérique et méprisant. Il aime claquer l'argent qu'il ne gagne pas, il boit, fait la fête, se marie très tôt et mène une vie dissolue.
   
    Les derniers jours passés avec son père, la sœur de celui-ci et la bonne dans le château se terminent par ce bain de sang.
   
    Tout dans cette histoire est prenant, d'abord ce crime non élucidé dans une famille riche, ensuite la période de l'occupation et les activités du gouvernement de Vichy et la personnalité de Henri Girard.
   
    Nous allons le suivre, le connaître, peut-être même lui trouver des circonstances atténuantes ou pas.
   
    Les personnages gravitent dans un monde tourmenté, les personnalités croisées sont célèbres.
   
    Philippe Jaenada a fait un travail remarquable de recherche, d'investigations. Il mène une véritable enquête pour essayer de comprendre qui était Henri Girard.
   
    Mais l'auteur utilise une intrigue policière hautement diabolique pour se mettre en avant et partir dans des digressions personnelles et sans intérêt qui fatiguent. Sa vie, sa femme, son fils, ses romans précédents, tout se mêle et donne une lecture qui sur la longueur devient rébarbative et n'en finit pas.
   
   * Blaise Pascal

critique par Marie de La page déchirée




* * *