Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Livro de José Luís Peixoto

José Luís Peixoto
  Le cimetière de pianos
  Livro

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Livro - José Luís Peixoto

Roman à tiroirs
Note :

   A travers ce livre ambitieux, José Luis Peixoto cherche à nous donner son point de vue sur l’émigration, sur la difficulté à trouver ses racines dans un pays d’accueil, la nostalgie que l’on peut avoir du pays natal et la complexité à vivre, tout simplement, au milieu de ses propres paradoxes, de ses sentiments contradictoires, des évènements qui contrarient sans cesse nos projets.
   
   Tout commence dans un petit village du Portugal. Un enfant sera laissé là par sa mère couturière, au pied d’une fontaine où est censé venir le chercher un oncle providentiel et qu’il ne connaît pas. Doux euphémisme pour dire que cet enfant sera abandonné par celle qui ne parvient plus à le nourrir, cette fille-mère qui survit tout juste dans un pays soumis à la dictature et sans travail autre que celui des champs, de l’armée ou de la police qui quadrillent le pays d’une main de fer.
   
   Quelques années plus tard, l’enfant devenu un jeune adulte et maçon formé sur le tas par celui qui l’aura recueilli et élevé, n’aura d’autres choix que d’émigrer en France pour venir renforcer la cohorte de main d’œuvre portugaise ou espagnole ayant fui les dictatures de leurs pays pour tenter de trouver un eldorado en fait désenchanteur. Son souci principal sera, alors, de retrouver la trace de celle qu’il aimait, la jeune fille de son village, disparue mystérieusement une nuit, embarquée de force dans un camion convoyant sa main-d’œuvre besogneuse et peu difficile vers cette France qui absorbe les travailleurs comme un buvard boit l’encre de la plume.
   
   Entre eux un livre offert par le jeune homme et unique bien que conservera la jeune femme. Un lien unique qui s’effacera avec le temps et la manipulation d’un tiers qui fera tout pour empêcher le rapprochement de ces deux êtres, comme s’efface le souvenir d’une lecture au fil du temps pour ne plus en conserver que les contours. Et c’est là que le propos de Peixoto prendra un autre tour, devenant plus complexe se démultipliant à l’infini comme un gigantesque et fascinant kaléidoscope.
   
   Car de livres il sera question tout au long de ce roman à tiroirs. C’est un autre livre laissé ouvert dans la bibliothèque où travaille la jeune femme comme femme de ménage qui scellera son union avec un homme qui n’aura de cesse que de la mépriser une fois épousée. C’est un autre livre, d’une forme inattendue et nous n’en dirons pas plus car c’est la surprise essentielle de ce roman complexe, qui reliera celui et celle que l’on pensait perdus l’un pour l’autre, victimes exemplaires d’une émigration sans véritable intégration, travailleurs dociles et qui courbent l’échine jusqu’à leur retour, en gloire, au pays, l’âge venu.
   
   D’où le titre "Livro" qui signifie livre en portugais, le roman devenant par une sorte de passe-passe à son tour l’enjeu d’une écriture sur lui-même, une façon de méta-roman en quelque sorte. C’en sera là d’ailleurs la limite fondamentale car, à vouloir compliquer son propos, Peixoto dilue l’attention de son lecteur et finit par commettre un dernier tiers qui souvent s’égare en d’inutiles digressions ou divagations qui ne font qu’ajouter à une certaine confusion.
   
   On en ressortira avec un sentiment partagé. Celui de la satisfaction d’un livre qui, pour les deux-tiers, convainc ; celui de l’amertume d’une fin qui aurait gagné à être condensée. Il en restera plus une curiosité qu’un roman majeur et c’est dommage.

critique par Cetalir




* * *