Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 04 ans: L'ours qui fixe de Duncan Beedie

Duncan Beedie
  Dès 04 ans: L'ours qui fixe

Dès 04 ans: L'ours qui fixe - Duncan Beedie

On ne fixe pas les gens !
Note :

   Thèmes : Timidité, Animaux, Politesse
   
   Il était une fois un ours qui fixait tout d'un air concentré!! Un air très concentré et curieux, celui dont on ne se débarrasse pas et qui gêne énormément quand vous êtes l'objet de cette attention. Ainsi l'ours curieux regardait d'un air concentré la famille coccinelle prendre son petit déjeuner. Ou alors il mettait sa tête en haut d'un arbre pour observer les oisillons (et leur couper l'appétit)... C'est que ce n'est pas très rassurant d'être fixé comme ça... "Allez, ouste, arrête de m'espionner !" et l'Ours s'en va bien peiné, déposant sa tristesse au coin de la rivière...
   
   "L'ours qui fixe" est un album drôle et attachant qui parle de timidité, de respect, de curiosité et surtout de rapport aux autres. Combien de disputes mais aussi d'amitiés sont nées d'un simple regard qui en dit long!!?? C'est une histoire pleine de finesse et de subtilité dont l'originalité est son héros : un gros ours pataud, maladroit mais tellement adorable qu'on n'arrive pas à lui en vouloir. Le lecteur s'amuse à ses côtés et l'accompagne dans une balade en forêt remplie de personnages animaux, tous très expressifs... et c'est ce qui nous a plu, à mon fils et moi, amusés et convaincus.
   
    C'est bien la grenouille qui va aider notre ours à se faire des amis. Son air très concentré n'est en rien moqueur ou méchant, c'est surtout qu'il ne sait pas comment exprimer son amitié...
   
    Avec des illustrations humoristiques et visuellement attractives, "L'ours qui fixe" va ravir les petits timides en herbe et peut-être leur donner la solution : parfois un sourire peut tout changer ? Amusant, intelligent, "L'ours qui fixe" est le premier album de Duncan Beedie et cela promet d'autres réjouissances !

critique par Laël




* * *