Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le beau mystère de Louise Penny

Louise Penny
  Le Mois le plus cruel
  Une illusion d'optique
  Le beau mystère

Louise Penny est une femme auteure canadienne de romans policiers, née en 1958 à Toronto.

Le beau mystère - Louise Penny

Meurtre au monastère
Note :

   Rentrée littéraire 2017
   
   Une enquête de l'inspecteur-chef Armand Gamache
   
   Tout ne pourrait s’appeler que paix au sein de l’Abbaye Saint Benoit du Lac. Les derniers moines de l’ordre de Saint Gilbert y vivent dans le silence et les chants grégoriens. L’abbaye est fermée à tout étranger afin de respecter la sérénité. Mais, même dans un lieu clos, le mal peut s’immiscer par le plus petit interstice.
   
   Vingt quatre moines reclus dans l’est du Québec, au bord des forêts, qui sont pourtant connus dans le monde entier grâce à la diffusion d’un CD sur lequel ils unissent leurs voix.
   
   L’un d’entre eux va être assassiné dans le jardin de l’Abbé, chef de ce monastère.
   
   Gamache et Beauvoir, son adjoint se rendent dans ce coin isolé du Québec. L’Abbé est bien obligé de les faire entrer pour constater le décès.
   
   Un moine recroquevillé comme un fœtus et qui tient entre ses doigts un morceau de papier sur lequel apparaissent des signes cabalistiques : les Neumes. Les Neumes qui guidaient les chants grégoriens avant l’apparition des clés musicales.
   
   Gamache décide de se laisser enfermer dans le monastère afin de découvrir la vérité. Beauvoir que les chants grégoriens laissent complètement froid, reste avec lui.
   
   Jusqu’au jour où un avion survole le monastère apportant à son bord, le mal incarné : le chef de la sécurité Francoeur. Ce dernier a toujours le même but : nuire à Gamache.
   
   Pour cela, il va se servir de Beauvoir.
   
   A la différence des romans précédents, toute l’intrigue se déroule à huis clos et l’on s’imprègne du calme qui règne dans la vie des moines.
   
   Très beau roman au son des chants grégoriens et sous l’aile de Dieu.
   
   Et Gamache, je l’aime toujours autant.

critique par Winnie




* * *