Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le beau mystère de Louise Penny

Louise Penny
  Le Mois le plus cruel
  Une illusion d'optique
  Le beau mystère
  Nature morte
  Sous la glace
  La faille en toute chose

Louise Penny est une auteure canadienne de romans policiers, née en 1958 à Toronto.

Le beau mystère - Louise Penny

Meurtre au monastère
Note :

   Rentrée littéraire 2017
   
   Une enquête de l'inspecteur-chef Armand Gamache
   
   Tout ne pourrait s’appeler que paix au sein de l’Abbaye Saint Benoit du Lac. Les derniers moines de l’ordre de Saint Gilbert y vivent dans le silence et les chants grégoriens. L’abbaye est fermée à tout étranger afin de respecter la sérénité. Mais, même dans un lieu clos, le mal peut s’immiscer par le plus petit interstice.
   
   Vingt quatre moines reclus dans l’est du Québec, au bord des forêts, qui sont pourtant connus dans le monde entier grâce à la diffusion d’un CD sur lequel ils unissent leurs voix.
   
   L’un d’entre eux va être assassiné dans le jardin de l’Abbé, chef de ce monastère.
   
   Gamache et Beauvoir, son adjoint se rendent dans ce coin isolé du Québec. L’Abbé est bien obligé de les faire entrer pour constater le décès.
   
   Un moine recroquevillé comme un fœtus et qui tient entre ses doigts un morceau de papier sur lequel apparaissent des signes cabalistiques : les Neumes. Les Neumes qui guidaient les chants grégoriens avant l’apparition des clés musicales.
   
   Gamache décide de se laisser enfermer dans le monastère afin de découvrir la vérité. Beauvoir que les chants grégoriens laissent complètement froid, reste avec lui.
   
   Jusqu’au jour où un avion survole le monastère apportant à son bord, le mal incarné : le chef de la sécurité Francoeur. Ce dernier a toujours le même but : nuire à Gamache.
   
   Pour cela, il va se servir de Beauvoir.
   
   A la différence des romans précédents, toute l’intrigue se déroule à huis clos et l’on s’imprègne du calme qui règne dans la vie des moines.
   
   Très beau roman au son des chants grégoriens et sous l’aile de Dieu.
   
   Et Gamache, je l’aime toujours autant.
   
   
   Les enquêtes de l'inspecteur-chef Armand Gamache
   1.En plein cœur ou Nature morte
   2.Sous la glace
   3.Le Mois le plus cruel
   4.Défense de tuer
   5.Révélation brutale
   6.Enterrez vos morts
   7.Illusion de lumière ou Une illusion d’optique
   8.Le Beau Mystère

   9.La Faille en toute chose
   10.Un long retour
   11.La Nature de la bête
   12.Un outrage mortel
   13.Maisons de verre
    ↓

critique par Winnie




* * *



Pas un mot plus haut que l'autre
Note :

   Je broie du noir : enfin façon de parler.
   Je n'avais plus lu de polars depuis un bon moment et j'ai replongé dans un petit polar bien sympathique
   Pas un chef-d’œuvre, non un bon petit polar simple, facile à lire, bien ficelé que j'ai lu pffttt d'une traite.
   
   Direction le Québec au fond de nulle part, dans un monastère ignoré de tous, auprès d'un ordre monastique sensé avoir totalement disparu depuis des siècles.
   Exceptionnellement vous êtes autorisés à entrer dans le saint des saints.
   "Vingt-quatre hommes avaient franchi la porte, qui s’était refermée derrière eux. Et aucun autre être vivant n’avait été admis à l’intérieur."
   

   Ils entretiennent verger et potager, vendent de succulents Bleuets enrobés de chocolat pour subvenir aux besoins de la communauté.
   
   Les moines ont fait vœu de silence sauf au moment des offices, là alors s'élèvent les plus beaux chants grégoriens qui soient, ceux que l'église nomme le Beau mystère tellement leur effet et leur puissance sont extraordinaire.
   
   Un lieu de paix et de silence sauf que... les moines ont enregistré un CD de chants qui a eu un succès inespéré, apportant une manne inattendue permettant des travaux dans l'abbaye mais apportant aussi touristes et journalistes.
   
   Lorsque le chef de chœur est retrouvé le crâne fracassé dans un jardin privé et quasi secret, il importe de sauvegarder la tranquillité de la communauté et l'inspecteur Gamache est envoyé là pour enquêter en toute discrétion et Dom Philippe le père supérieur est bien obligé de tolérer l'intrusion.
   
   La victime tient entre ses doigts un morceau de papier sur lequel apparaissent des signes mystérieux qui s'avèrent être des neumes
   "une forme de notation musicale utilisée mille ans auparavant. Avant qu’existent les notes, les portées, les clés de fa et de sol, les octaves, il y avait eu des neumes."
   

   L'enquête sera longue, seule solution rester au monastère, Gamache est ravi, pour son adjoint Jean-Guy Beauvoir c'est plus compliqué
   "Du chant grégorien ? Vous voulez rire ? Qui n’aimerait pas un groupe d’hommes qui chantent sans instruments, sur un ton presque monocorde, en latin ?"
   

   Il faut payer de sa personne et les deux inspecteurs vont assister aux offices, et il y en a des offices … matines, laudes, vêpres, complies.
   Gamache est sous le charme de ces chants portant à la contemplation, des chants qui disent la gloire de Dieu
   "Le soleil commençait à se lever et, tandis que continuaient les laudes, de plus en plus de lumière pénétra dans la chapelle par les fenêtres dans le haut de la tour centrale. Les rayons frappaient le vieux verre imparfait et se réfractaient, se divisaient, en toutes les couleurs jamais créées. Et celles-ci se répandaient dans le chœur et illuminaient les moines et leur musique, donnant l’impression que les notes et la lumière joyeuse se mêlaient et s’unissaient, jouaient ensemble"
   

   Pourtant parmi les moines il y a un meurtrier.
   
   J'ai pris un vrai plaisir à ce huis clos car le sujet de fond est la musique, le plain chant et les chants grégoriens.
   
   Louise Penny a construit une intrigue classique mais toutes les évocations de la musique, le chœur des moines, l'extase qui les transportent, tout est réussi et d'un ton juste (c'était le moins vous me direz dans un polar musical )
   
   En arrière-fond il y a les relations entre Gamache et Beauvoir et leur hiérarchie et certains détails peuvent paraitre bizarres si l'on n'a pas lu les romans précédents, pour autant ce n'est pas une vraie gêne.

critique par Dominique




* * *