Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sa mère de Saphia Azzeddine

Saphia Azzeddine
  Mon père est femme de ménage
  Bilqiss
  Sa mère

Saphia Azzeddine est une auteure française née en 1979.

Sa mère - Saphia Azzeddine

La famille se complète
Note :

   Rentrée littéraire 2017
   
   "Elle m'a promis de m'offrir L'Alchimiste un jour. Je lui ai demandé de glisser du Motilium avec."
   

   Vendeuse dans une chaîne de boulangerie, Marie-Adélaïde a la rage. Le monde des gens qu’elle considère comme parfaits, se glissant partout avec aisance et élégance, elle l'exècre tout autant qu'il l'attire.
   
   Cette relation amour/haine est aussi celle qu'elle entretient avec la mère qui l'a abandonnée et qu'elle fantasme riche, puissante et aimante.
   
   Aidée par son prénom (qui détonne par rapport au milieu dont elle est issue),son intelligence aiguë, son franc parler et un sacré culot, notre héroïne va s'immiscer dans le monde des gens riches et se lancera à la poursuite de l'identité de sa mère.
   
   Si j'ai été enthousiasmée par la première partie du roman, par la manière dont l'héroïne scanne la société et ses codes, j'ai été plus que déçue par la seconde, trop mélo à mon goût. Une sacrée différence de ton qui, à mon avis, nuit à l'aspect percutant du roman. Avis en demi-teintes donc.
   
   
   Présentation de l'éditeur
   "Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d’autres camarades de galère et d’errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose : le culot, la parole qui frappe, l’humour cinglant, l’insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions. C’est une héroïne de notre temps.

critique par Cathulu




* * *