Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Z comme: Un bruit étrange et beau de Zep

Zep
  Z comme: Captain Biceps Tome 3 : L’invulnérable
  Z comme: Une histoire d'hommes
  Z comme: Un bruit étrange et beau
  T comme: Infinity 8 Romance et macchabées

Z comme: Un bruit étrange et beau - Zep

A lire au calme
Note :

   Don Marcus est chartreux depuis vingt-cinq ans. Une vie consacrée à la prière, au silence et à la solitude à la Chartreuse de La Valsainte. Jeune homme, sa vocation fut mal comprise par son entourage, par sa tante notamment qui ne l'a jamais acceptée. Lorsque celle-ci, très riche, décède, Don Marcus, William de son prénom de naissance, doit quitter le monastère pour Paris, pour assister à la lecture du testament, l'argent pouvant servir à la restauration du lieu dans lequel il vit depuis un quart de siècle. William sort alors de sa solitude et fait la connaissance dans le train de Méry, une jeune femme atteinte d'une maladie incurable.
   
   Bande dessinée assez sobre en paroles évidemment, un peu moins lorsque Méry entre en scène. Elle plonge William isolé depuis 25 ans, dans le monde de 2016, futile, violent, abreuvé de nouvelles, d'images, de sons, de technologie. William détonne et surtout a du mal à s'adapter. Puis il réalise que tout ce qu'il tentait d'oublier revient à la surface. Vingt-cinq années d'oubli remises en cause par quelques jours entouré d'autres humains.
   
   Le propos est profond sur la croyance, la foi, sur l'isolement, la solitude et le silence, mais aussi sur la difficulté de vivre avec une échéance fatale à court terme, sur les choix que l'on fait qui impliquent notre entourage. Parfois quelques phrases, des regards, des attitudes -même dessinés- en disent plus longs que de longs discours.
   
   Zep est surtout connu pour Titeuf ou l'excellent Captain Biceps -que j'avoue préférer au gamin à mèche blonde-, des BD rapides, drôles, pleines de couleurs, de mots, de conneries parfois proches du troisième ou quatrième -voire pire- degré -j'adore. Son ouvrage précédent ici chroniqué était "Une histoire d'hommes", déjà très différent de ses autres travaux. Il reprend ici le travail des couleurs : les cases brunes, les vertes, les bleues, les violettes, en fonction des lieux, de l'heure, des personnages, des dates... Certaines cases sont vraiment magnifiques, qui pourraient sans doute faire l'objet de sorties en grand format, seules. Tout cela donne un album très classe, sobre.
   
   Une belle histoire avec des personnages forts, qui, dessinés, risquent de rester un moment en tête. Zep épure, je ne serais pas étonné qu'il se dirige lentement mais sûrement vers un ouvrage muet ou quasi muet - comme le fait admirablement son confrère Chabouté.
   
   Rue de Sèvres enrichit son catalogue et Zep nous propose un très bel album, tout en nuances et finesse. A lire au calme, en prenant son temps pour en apprécier chaque détail.
   ↓

critique par Yv




* * *



L'épreuve de la réalité
Note :

   William s'est retiré du monde il y a vingt-cinq ans. Il est devenu Don Marcus, dans un monastère de Chartreux et a fait vœu de silence. Il se sent bien dans cet univers en retrait, rythmé par la prière et la promenade du dimanche et renâcle lorsque son supérieur lui annonce le décès de sa tante et l'obligation de se rendre à l'ouverture du testament.
   
   Seulement voilà, le toit d'un bâtiment du monastère aurait besoin d'être réparé et cet héritage peut être fort utile à la communauté. Il n'a plus qu'à obéir et prend le train à la rencontre d'un monde qu'il s'est efforcé d'oublier et qui lui saute à la figure avec vacarme.
   
   Je le redis, je suis novice en BD, je n'y connais quasiment rien, je n'ai jamais lu Zep, même pas le fameux Titeuf. Je le découvre donc avec cette magnifique BD qui m'a captivée à la fois par le graphisme et l'histoire. Je suis souvent restée en admiration devant les cases toutes plus belles les unes que les autres, dans des tonalités superbes et un trait précis. Et la réflexion est profonde sur ce qu'est un engagement dans un chemin spirituel, ce que l'on abandonne, ce que l'on trouve ; vrai choix ou fuite devant une vie qui fait peur ?
   
   William pense avoir enfoui très loin sa vie d'avant, il se rend compte qu'il n'en est rien, les souvenirs affluent et le questionnent dès qu'il met le pied dans le train. Il y rencontre une jeune femme condamnée par une maladie incurable. Entre lui qui a renoncé au monde et elle qui doit le quitter malgré elle, le dialogue s'instaure, vif et essentiel.
   
   Les retrouvailles avec sa famille le bousculent et l'amènent à approfondir encore son questionnement intérieur. L'opposition farouche de sa tante à son entrée dans les ordres, sa lente adaptation au monastère, ce qu'il a laissé derrière lui, tout lui revient et le trouble plus qu'il ne pensait.
   
   Un album très réussi qui me donne envie de continuer à explorer l'univers de la BD.

critique par Aifelle




* * *