Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Haute tension à Palmetto de Erskine Caldwell

Erskine Caldwell
  Un p’tit gars de Georgie
  Le Bâtard
  La route au tabac
  Le petit arpent du Bon Dieu
  Nous les vivants
  Bagarre de juillet
  Un patelin nommé Estherville
  Haute tension à Palmetto
  Toute la vérité
  Une lampe, le soir
  Gulf Coast Stories
  Pris sur le vif
  Jenny toute nue
  La dernière nuit de l'été
  Miss Mamma Aimée
  Les braves gens du Tennessee
  Annette
  À l'ouest du Mississippi

AUTEUR DES MOIS de décembre 2017 & janvier 2018

Erskine Caldwell est né le 17 décembre 1903 à White Oak, près d'Atlanta (Georgie), où son père était pasteur. Sa mère descendait d'une famille distinguée de Vorgonoe. Son père était un personnage très  connu dans les milieux protestants du sud. Ses deux parents firent des études universitaires. Erskine lui-même fit également des études universitaires en Virginie et Pensylvanie mais s'est rapidement orienté vers l'écriture. Il a alors exercé plusieurs métiers mais finalement, en 1926, il se retire dans une ferme du Maine pour se consacrer exclusivement à l'écriture.

Après avoir publié The Bastard (1929) et Poor Fool (1930) [Un pauvre type], le succès est venu avec la publication de Tobacco Road (1932) [La Route au tabac], puis de God's Little Acre (1933) [Le Petit Arpent du bon Dieu], qui firent connaître son nom à des millions de lecteurs, dans le monde entier.

Il est mort le 11 avril 1987 à Paradise Valley (Arizona). Il avait écrit 25 romans, 150 nouvelles, 14 autres livres, qui avaient le plus souvent été des succès d'édition. 

Haute tension à Palmetto - Erskine Caldwell

Vaudeville dans le Sud Profond
Note :

   Titre original : Episode in Palmetto, 1950
   
   Si jamais un roman de Caldwell s'est approché d'un vaudeville, c'est bien "Haute tension à Palmetto". Cette comédie de mœurs tourne autour de l'arrivée à Palmetto "548 habitants" d'une jeune enseignante de vingt-deux ans, Vernona Stevens, trop séduisante pour ce petit monde d'une campagne géorgienne. Elle met le feu aux poudres si l'on peut dire, d'autant qu'il fait chaud en ce mois de septembre : c'est l'été indien.
   
   Concrètement tout le monde veut coucher avec Vernona, depuis l'un de ses élèves de seize ans, Floyd Neighbors, jusqu'aux hommes mariés ou célibataires que tient à lui présenter sa logeuse à l'âme de marieuse.
   
   Pour être plus précis, à peine Vernona est-elle installée à la pension tenue par Blanche et Ashley Neff que déjà les hommes se précipitent pour la rencontrer. Le premier à tenter sa chance est Jack Cash ; il tient une station-service et chaque année il rêve de mettre fin à son célibat avec une nouvelle institutrice. A cette pension vivent aussi Thurston Mustard, imposant quadragénaire, sorte de conseiller agricole passionné par la culture du millet, et sa femme Jenny, genre mégère et qui s'ennuie à mourir dans ce bled du Deep South. Secrètement attiré par Vernona, Thurston se débrouille pour la présenter à un riche fermier de sa clientèle. Veuf, Em Gee Sheddwood veut une femme séduisante certes mais efficace pour s'occuper de ses enfants et travailler sur l'exploitation. Em Gee est très direct : "Lorsqu'elle prit conscience que le regard de l'homme se promenait si ouvertement sur elle, elle eut l'impression d'être âprement examinée par un fermier en quête d'une certaine race de veau pour ses pâturages". A la messe du dimanche, Vernona fait la connaissance du beau Milledge Mandrum — un patronyme qu'on a déjà vu dans "Miss Mamma Aimée" — ; il agrémente sa carrière politique en draguant de jolies femmes — comme le politicien de "Toute la vérité" —, ce que sa femme tolère à condition qu'il rentre à la maison. A l'école, le directeur Milo Clawson n'a d'yeux que pour Vernona dans ses pulls moulants ; aussi son épouse Winnie Mae, institutrice en fin de congé de maternité, aspire à la faire virer pour reprendre sa place et, comme une gifle, lui promet une carrière de "prostituée prospère".
   
   La course est lancée, qui, au bout d'une semaine, fera une victime et un gagnant (je ne dis pas lesquels, évitez donc de vous précipiter sur la préface !). Bien sûr, même si Caldwell n'insiste pas sur la psychologie de la jeune femme — son point fort réside dans la description des comportements —, Nona sent le désir monter en elle en même temps qu'elle voudrait tenir l'année scolaire. Dans cette compétition, Floyd bénéficie a priori d'un avantage sur les autres : il a l'audace de ses seize ans et il voit Vernona tous les jours. Il a toutefois un handicap par rapport aux autres : il n'a que seize ans et ce sont les autres qui peuvent sortir avec Vernona le soir. Et puis il y a le qu'en dira-t-on, les rumeurs qui courent vite dans une bourgade comme Palmetto, si loin de Chicago.

critique par Mapero




* * *