Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Annette de Erskine Caldwell

Erskine Caldwell
  Un p’tit gars de Georgie
  Le Bâtard
  La route au tabac
  Le petit arpent du Bon Dieu
  Nous les vivants
  Bagarre de juillet
  Un patelin nommé Estherville
  Haute tension à Palmetto
  Toute la vérité
  Une lampe, le soir
  Gulf Coast Stories
  Pris sur le vif
  Jenny toute nue
  La dernière nuit de l'été
  Miss Mamma Aimée
  Les braves gens du Tennessee
  Annette
  À l'ouest du Mississippi

AUTEUR DES MOIS de décembre 2017 & janvier 2018

Erskine Caldwell est né le 17 décembre 1903 à White Oak, près d'Atlanta (Georgie), où son père était pasteur. Sa mère descendait d'une famille distinguée de Vorgonoe. Son père était un personnage très  connu dans les milieux protestants du sud. Ses deux parents firent des études universitaires. Erskine lui-même fit également des études universitaires en Virginie et Pensylvanie mais s'est rapidement orienté vers l'écriture. Il a alors exercé plusieurs métiers mais finalement, en 1926, il se retire dans une ferme du Maine pour se consacrer exclusivement à l'écriture.

Après avoir publié The Bastard (1929) et Poor Fool (1930) [Un pauvre type], le succès est venu avec la publication de Tobacco Road (1932) [La Route au tabac], puis de God's Little Acre (1933) [Le Petit Arpent du bon Dieu], qui firent connaître son nom à des millions de lecteurs, dans le monde entier.

Il est mort le 11 avril 1987 à Paradise Valley (Arizona). Il avait écrit 25 romans, 150 nouvelles, 14 autres livres, qui avaient le plus souvent été des succès d'édition. 

Annette - Erskine Caldwell

Tragédie, toujours tragédie...
Note :

   Titre original : Anette (Annette, 1973
   
   Erskine Caldwell décidément ne fonctionne que sur le mode tragique. Et pas qu’un peu, généralement. Et pas qu’un peu ici aussi...
   
   Nous sommes à Melbourne, USA, Floride apparemment, mais rien de fondamental pour l’histoire.
   "A maintes reprises depuis son récent mariage avec Doan Thurmond, Annette qui habitait une grande maison de pierre grise sur les hauteurs verdoyantes de Zephyrfield, banlieue résidentielle située à quelques kilomètres du cabinet d’avocat de Doan, à Melbourne, avait été tentée de fuir le domicile conjugal.
   …/…
   Maintenant, elle avait vingt-huit ans, et elle s’était mariée deux fois, la première avec Wayne Lombard, la seconde avec Doan Thurmond. Il lui était donc plus facile de se persuader qu’elle pourrait à présent fuir le domicile conjugal et que ni Doan, ni quelqu’un d’autre, ne parviendrait à la convaincre de reprendre la vie commune dans la grande maison de pierre grise au haut de Zephyrfield."
   

   La problématique d’Annette Thurmond est claire ; elle veut fuir le domicile conjugal. D’ailleurs, plus jeune et pas encore mariée, elle voulait fuir le domicile familial. Vous me direz, elle avait alors quelques bonnes raisons d’en avoir envie, tyrannisée et malmenée qu’elle était par sa marâtre de mère. Elle ne s’était pas enfuie, son père l’avait convaincue de tenir bon et elle avait trouvé bonheur et délivrance en épousant son amour ; Wayne Lombard. Ca n’était pas allé de soi quand même puisque Wayne avait eu quelques doutes en constatant qu’Annette ne tenait chez ses parents que par la présence dans sa chambre et dans son lit, de Mr Belamour. Bon, Mr Belamour n’était qu’un gros ours en peluche mais quand même, Wayne s’inquiétait de la profondeur de la relation entre Annette et Mr Belamour.
   Bonheur trouvé ; Annette et Wayne mariés. Annette institutrice et Wayne qui se démène pour faire rentrer de l’argent à la maison pour construire leur "home sweet home". Mais patatras, très vite Wayne est assassiné devant son lieu de travail et c’est reparti en vrille pour Annette.
   Surgit Doan Thurmond qui mène une cour "à la hussarde" auprès d’Annette, Annette qui l’épouse pour respecter le vœu de Wayne - qu’elle se remarie pour avoir des enfants s’il venait à disparaître. Mais Annette n’a pas oublié Wayne, elle n’aime pas Doan et surtout Doan ne veut pas d’enfant !
   Voilà pourquoi Annette – qui semble programmée depuis sa tendre enfance à subir des traumatismes et à faire de mauvais choix est déterminée à s’enfuir.
   
   Erskine Caldwell se livre à l’étude clinique, l’autopsie, d’un drame qui monte et qu’on sent inévitable.
   Bien sûr, s’agissant d’Erskine Caldwell, ça finira mal.
   
   "Annette" est assez différent des romans antérieurs de Caldwell dans la mesure où il n’est pas question ici du Sud des Etats-Unis à proprement parler, ni de petites gens en butte à la misère ou le racisme. Non, là c’est l’histoire d’une femme qui est comme programmée pour une fin tragique.

critique par Tistou




* * *