Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’affaire des Coupeurs de Têtes de Moussa Konaté

Moussa Konaté
  L'empreinte du renard
  La malédiction du Lamantin
  L’affaire des Coupeurs de Têtes

Moussa Konaté est un écrivain malien né en 1951 et décédé en 2013.

L’affaire des Coupeurs de Têtes - Moussa Konaté

Dernière enquête du commissaire Habib
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   "À Kita la foule venue accueillir l’équipe de foot est repartie de la gare en dansant et en abandonnant sur place un mendiant immobile et surtout sans tête. Dans la nuit un esprit vêtu de rouge est passé dans la colline armé d’une torche. Le matin suivant, un autre mendiant décapité a été trouvé au marché. Le commissaire Dembélé et son adjoint, le moderne Sy, sont dépassés par la situation. Les notables et les religieux y voient un châtiment de la dépravation moderne. Le commissaire Habib est envoyé à leur rescousse, il connaît bien la ville et ses coutumes. Il sait résister aux pressions multiples.
   Habib et le jeune Sosso, son adjoint, mènent l’enquête, chacun selon son style et ses compétences, et évitent les embûches qu’on leur tend pour que rien ne bouge.
   Les cadavres sans tête se multiplient, les jeunes gens modernes font des affaires et les religieux prient. Mais que deviennent ces têtes sans corps ?"
   

   On pourrait dire qu’il s’agit du dernier volet des enquêtes du commissaire Habib et ceci à tous les sens du terme. Moussa Konaté s’est en effet éteint quelques temps après la publication de cet ouvrage en 2013. On retrouve tout ce qui fait le charme du conteur Konaté. Une observation de la société malienne, la nostalgie d’un passé glorieux, le temps où le monde n’était pas si fou et si pressé, ni mondialisé. Certain reprocheront peut être quelques facilités dans les aventures de ce Maigret africain. Quelques traits caricaturaux dans les personnages. Ah la corruption des élites… ou bien une dénonciation de la mondialisation un peu banale. Mais rien n’arrête cette lecture dans un monde toujours partagé entre l’ancien et le moderne, entre la sagesse et le courage. Il y a toujours beaucoup d’ironie dans les textes de Konaté, cette distanciation bienveillante avec ce qui l’entoure car on ne peut douter qu’en Habib, il y ait beaucoup de Konaté, et vice versa.
   
   Prenez le temps de visiter les livres de Moussa Konaté.

critique par Le Mérydien




* * *