Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Ciel est à nous de Luke Allnutt

Luke Allnutt
  Le Ciel est à nous

Le Ciel est à nous - Luke Allnutt

Sortez vos mouchoirs
Note :

    Pour Rob Coates, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles : après de brillantes études dans une université prestigieuse, il a trouvé un travail épanouissant de développeur informatique, et s'est rapidement forgé une vie de famille idyllique auprès de son épouse Anna et de leur fils Jack, dans une maison confortable de classe moyenne britannique. Chaque jour, il accompagne les pas de son fils de cinq ans en père de famille idéal. Il fait découvrir à Jack sa passion pour la photo et, comme tous les parents, s'émerveille du talent artistique de sa progéniture.
   
    Mais un jour, tout bascule : Jack est pris d'étourdissements de plus en plus fréquents. Inquiets, Rob et Anna l'emmènent consulter. Il faut dire qu'ils ont de quoi être préoccupés : après les deux fausses couches d'Anna, Jack fait figure de miraculé, et ses parents n'ont qu'une crainte : que leur bonheur chèrement acquis se fissure. Le diagnostic du médecin tombe comme un couperet : tumeur au cerveau. Dévastés, Rob et Anna s'efforcent de ne pas se laisser aller au désespoir, et mettent tout en œuvre pour trouver un traitement pour leur fils.
   
    Alors qu'ils multiplient les consultations chez les spécialistes, Rob s'inscrit sur un forum d'entraide destiné aux parents d'enfants malades. Il se lie rapidement d'amitié avec certains membres, en particulier avec un dénommé Nev, qui lui recommande vivement un médecin tchèque, le seul à avoir réussi à sauver son fils Josh, grâce à un traitement révolutionnaire, mais contre qui les autres membres le mettent en garde, l'accusant d'être un escroc.
   
    Pourtant, au fil de ses échanges avec Nev, Rob est de plus en plus convaincu de la véracité de ses propos, et envisage de sacrifier toutes les économies familiales pour offrir à Jack ce traitement miraculeux. Anna, plus rationnelle et prudente, se montre beaucoup plus circonspecte et refuse de se lancer dans cette procédure hasardeuse à plus d'un titre. Mais le temps passe, et que les chances de survie de Jack s'amenuisent de jour en jour...
   
    Avec sa couverture digne en tout point d'un post Instagram (tout y est en effet : le titre ambiance pensée positive et message inspirant, le choix de la police de caractères façon écriture manuscrite, la photo dynamique avec filtre vintage, vignetage et gestion habile de la saturation des couleurs...), son thème propre à toucher un large public (la maladie et la perte d'un enfant, ça fait un paquet de lecteurs potentiels), et l'héritage revendiqué de phénomènes d'édition récents comme le tristement célèbre "Nos étoiles contraires" (roman atrocement mièvre dont l'intrigue larmoyante a fait pleurer des millions d'adolescentes), "Le Ciel est à nous" a tout, en principe, pour connaître lui aussi un grand succès éditorial.
   
    Tout, ou presque, et l'argument massue nous est d'ailleurs assené à la fois par la 4e de couverture et le dossier de presse fort généreusement fourni : voici donc un roman "vendu dans 20 pays" au terme "d'enchères fiévreuses". Oh bah tiens, voilà qui augure généralement, comme chacun sait, d'une grande qualité littéraire, si l'on regarde les best-sellers récents, comme 50 nuances de Grey, par exemple... Sans parler de l'autre argument de vente, bien misérabiliste et lourdement souligné : l'auteur a entamé l'écriture de ce roman alors qu'il était lui-même atteint d'un cancer et en train d'entamer une chimiothérapie. Si ça ne lui donne pas une pleine légitimité pour écrire un roman sur le cancer, ça...
   
    Intéressons-nous à présent au livre en lui-même. On y retrouve, bien évidemment, tous les poncifs attendus : la famille éprouvée par la vie, qui a enfin réussi à construire un bonheur sans faille, l'arrivée de la maladie comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, l'espoir, le désespoir, le couple qui se déchire, la critique facile contre la superficialité des réseaux sociaux, les amis soit trop envahissants soit trop peu concernés, la dépression, l'alcoolisme, la lente reconstruction...
   
    Alors certes, ce roman a tout pour séduire un large public, mais il présente deux problèmes majeurs: d'une part, il manque d'originalité dans un marché déjà largement saturé par les ouvrages du même type, d'autre part, il manque furieusement de style, car ce que l'éditeur appelle de façon élogieuse "une écriture hyper-réaliste profondément émouvante" n'est rien d'autre qu'un style sans relief et sans intérêt, digne d'un scénario de téléfilm diffusé en début d'après-midi les jours de semaine sur les chaînes de la TNT.
   
    En outre, il n'a finalement aucun véritable atout : les personnages principaux sont complètement banals, (ce qui est très utile, il est vrai, pour permettre au lecteur lambda de s'identifier à eux, mais les rend en fin de compte complètement transparents et dépourvus d'intérêt), les personnages secondaires stéréotypés (les médecins sans aucune empathie, les amis rongés par leur égoïsme et leur narcissisme...) et l'intrigue est assez plate, d'autant que le fait que l'auteur ait choisi de déconstruire la chronologie pour nous faire suivre la trajectoire de Rob après la maladie de Jack annihile le dernier soupçon de suspense qui aurait pu subsister.
   
    Bref, un roman comme il en existe à présent des milliers d'autres, exploitant un sujet tire-larmes en sautant à pieds joints (ce qui n'est pourtant pas facile, pour un roman, vous en conviendrez) dans tous les clichés du genre.

critique par Elizabeth Bennet




* * *