Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Treizième Conte de Diane Setterfield

Diane Setterfield
  Le Treizième Conte

Le Treizième Conte - Diane Setterfield

Un brin gothique !
Note :

   Amis lecteurs, Je vais vous raconter une histoire unique, une histoire de jumelles, une histoire de fantômes. Ou plutôt non, je ne dirai rien afin de laisser Diane Setterfield vous emporter dans son monde imaginaire, vous arracher à votre quotidien et vous envelopper d’un filet de brume et de mystère. Car l’étrange est peut-être le maître mot de The Thirteenth Tale. Peut-être pas. C’est une histoire faite de passion, de viols, de meurtres et d’erreur humaine. Un roman aux influences victoriennes : Jane Eyre, les Hauts de Hurlevent, le Secret de lady Audley, De Grandes Espérances, La Dame en Blanc. Autant de livres auxquels la narratrice fait souvent référence. L’histoire, gothique à sa façon, n’est pas loin de ressembler à celle de ces classiques. Et si l’écriture est moins recherchée, le récit n’en est pas moins excellent.
   
    Sans vous en dévoiler trop, je peux déjà vous dire que deux récits s’entremêlent ici. Deux narratrices alternent également. Margaret, jeune femme ayant perdu sa sœur jumelle à la naissance, est appelée par Vida Winter, célèbre écrivain qui lui demande d’écrire sa biographie. Plus elle découvre la vie mouvementée de Mrs Winter, plus elle parvient à appréhender sa propre histoire. Etre inachevé, arraché à sa moitié à la naissance, Margaret pénètre avec Vida Winter dans un monde de jumelles, où deux sœurs ne peuvent être séparées, quoi qu’il advienne. La vie de Vida Winter, elle, est entourée de mystères. Où est passée sa sœur Emmeline ? D’où vient cette main meurtrie, repliée sur elle-même à la suite d’une blessure ? Sans vous en dire plus, sachez déjà que son histoire implique une famille sujette à la folie et peu épargnée par les scandales.
   
    Au final, voilà un excellent roman, dont la narration extrêmement bien menée pousse le lecteur à dévorer chaque chapitre sans plus s’arrêter. La complexité de l’histoire et le dernier retournement de situation font qu’on ne saisit pas forcément tout une fois arrivés à la fin. Quelques doutes, quelques moments de confusion demeurent. Impossible alors de quitter cette famille tandis que certaines questions semblent rester sans réponse. Setterfield raconte avec simplicité une histoire passionnante aux rebondissements incessants. Pas un seul temps mort pour le lecteur, forcément happé par cette belle histoire aux accents victoriens. Je suis conquise !
   ↓

critique par Lou




* * *



Lorsque Mrs Love tricotait 2 talons à sa chaussette...
Note :

   Margaret Lea vit dans les livres. Elle assiste son père dans sa boutique de livres anciens, et établit des biographies en dilettante. C’est justement celle qu’elle consacre aux frères Goncourt qui lui vaut d’être remarquée par Vida Winter, célébrissime auteure de best-seller : elle lui demande d’écouter son histoire, et de la mettre en mots. Seulement Margaret ne lit jamais d’auteurs contemporains, et Vida est connue pour affabuler tant et plus quant à sa vie privée. Pourtant, elle tombera comme les autres sous le charme de la plume prestigieuse, et c’est le début d’une collaboration pleine de surprises…
   
   Comment vous dire…
   
   Je me suis coulée dans les mots de Diane Setterfield avec une profonde jubilation. Son histoire est foisonnante, nous parle de sœurs jumelles, de gouvernante dangereuse, de jardinier cachottier et de fantômes errant dans les landes anglaises, pleine de clins d’œil à Daphné Du Maurier ou Henry James, sans dater le moins du monde et avec une qualité de l’ambiance qui donne envie d’arrêter de temps en temps sa lecture pour se frotter les mains de bonheur. C’est bon, c’est très très bon !
   
   Comme Margaret qui découvre les romans de Vida, on retrouve l’excitante allégresse de notre enfance, quand un roman avait ce pouvoir merveilleux de nous sortir complètement de nous-mêmes.
   
   Quant à l’intrigue, elle nous mène par le bout du nez jusqu’aux pages finales, on se perd en conjectures pendant un bon moment !
   
   Le seul point dont il faut être averti, c’est que c’est très romanesque; à mes yeux c’est un énorme plus, pour certains quelques arrangements pourront déplaire, c’est une question de goût. Mais quelle belle figure, par exemple, que ce médecin qui établit son diagnostic sur un excès de certains auteurs, et qui prescrit du roman d’aventure, dix lignes par jour pendant dix jours !
   
   Coup de cœur avec fusées éclairantes !
   ↓

critique par Cuné




* * *



Des anges et des fantômes
Note :

    Margaret Lea est biographe. Un jour, elle reçoit une lettre de Vida Winter, célébrissime romancière qui veut qu'elle raconte sa vie. D'abord réticente, Margaret accepte d'écouter la vieille dame : elle va aller de surprise en surprise...
   
   Voilà un roman qui semble avoir été beaucoup lu et fort apprécié sur les blogs, chers happy few, et je vais joindre ma voix au concert de louanges, car parfois je ne suis pas originale, mais je sais que vous me pardonnerez. C'est un fort bon roman, qui s'inspire à sa manière de certains romans anglais du XIXè, notamment "Jane Eyre", qui est cité à de nombreuses reprises, et qui installe une étrange atmosphère, un peu désuète (difficile d'ailleurs de savoir quand se déroule l'histoire, aucun élément de modernité ne permettant de la dater), un peu austère, tant dans les décors (la lande y tient une grande place) que dans le personnage principal ; Margaret Lea étant une jeune femme solitaire et angoissée qui a grandi parmi les livres rares de la librairie de son père, seul être humain un peu chaleureux de son entourage. Margaret traîne ses fantômes (au propre comme au figuré) et elle va rencontrer ceux de Vida Winter, femme d'exception à l'histoire terrible et passionnante…
   
   Il est difficile d'en dire plus sans livrer des informations spoileresques, aussi pour vous inciter à ouvrir ce roman vous dirai-je encore que l'on est tenu en haleine jusqu'au bout par l'intrigue dans laquelle les livres tiennent une grande place, en tant qu'objets et en tant qu'histoires, que des fantômes errent dans les maisons hantées, que les apparences y sont (forcément) trompeuses et que l'amour y joue son rôle, même si ses voies sont tortueuses et inattendues. Je tiens quand même à préciser qu'il ne s'agit absolument pas d'un roman gothique comme on a pu le lire ici ou là, et que la référence à "Rebecca" de Daphné du Maurier que l'on trouve sur la quatrième de couverture me paraît complètement inopérante...
   
   Mais un roman dans lequel un médecin prescrit à sa patiente de lire 10 pages des aventures de Sherlock Holmes par jour est un roman à lire d'urgence, chers happy few!
    ↓

critique par Fashion




* * *



Envoûtement
Note :

   # Le résumé de l'éditeur #
   
   Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du monde, s'est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd'hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l'extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Margaret Lea est une injonction: elle l'invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l'imaginaire; et elle ne croit pas au récit de Vida. Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité. Dans la veine du célèbre "Rebecca" de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question de maisons hantées et de sœurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres. » [j'adhère totalement à cette derniere phrase]
   
   
   # Mon avis #
   
   Que dire, si ce n'est: LISEZ LE!
   
   Ce roman m'a captivée dès les premières lignes. J'ai été étonnée, émue, amusée... j'ai vécu avec Margaret pendant les quelques 400 pages qui composent ce livre dense et inoubliable.
   
   L'ambiance qui s'en dégage est très particulière. Un peu sombre, dans la lignée des romans gothiques anglo-saxons: vieille demeure, lande sauvage, mystères, fantômes, personnages tourmentés...
   On trouve néanmoins un certain humour, délicat et incisif à la fois.
   Les personnages sont attachants, ils nous intriguent, et nous entraînent avec eux dans cette histoire étrange.
   
   Bref, un roman magique, entre hymne à l'amour des livres et conte gothique. J'ai été littéralement envoûtée, comme j'ai pu l'être par "Jane Eyre", ou "Les hauts de Hurlevent"...
   Une lecture dont on ressort vidé.
   Sublime

critique par Morwenna




* * *