Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Un étrange phénomène de Herbert George Wells

Herbert George Wells
  L'île du docteur Moreau
  La guerre des mondes
  Les premiers hommes dans la Lune
  La machine à explorer le temps
  L'homme invisible
  M. Barnstaple chez les hommes-dieux
  Récits d'anticipation
  Les chefs-d’œuvre de H.G.Wells
  Ados: Un étrange phénomène
  Quand le dormeur s'éveillera
  Les Pirates de la mer et autres nouvelles
  Un rêve d'Armaggedon - La porte dans le mur
  Le Cambriolage d'Hammerpond Park et autres nouvelles extravagantes
  L’histoire de M. Polly
  Recueil bilingue
  Au temps de la comète
  Une tentative d'autobiographie

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2018

Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells est un écrivain britannique né le 21 septembre 1866 à Bromley dans le Kent, dans une famille très modeste (petits commerçants dont le magasin n'a jamais été rentable)

Herbert George se rebelle violemment contre son destin d'employé de magasin. Il veut une vie plus intéressante et pour cela, se tourne vers les études, que sa famille n'a pas les moyens de lui payer.

Ce sont les études scientifiques qui l''intéressent le plus, et il sera l'élève éperdument admiratif du professeur Thomas Huxley, darwiniste militant et futur grand-père d'Aldous Huxley. Pourtant, ses études tourneront court et c'est sans diplôme qu'il les interrompra.

Parallèlement, il rompt avec toute religion et se passionne pour les thèses socialistes. Il conservera toujours ces idées politiques, se passionnant pour les théories de sociétés idéales. Il était frappé de voir comment les choses étaient mal organisées et rendaient tout le monde malheureux et ne cessa jamais de rechercher les modifications qui rendraient possible un monde meilleur, le but étant que chacun trouve son bonheur. Cela lui semblait très possible.

Après ses études, il trouve un emploi dans un journal où il rédige des nouvelles et des articles de vulgarisation scientifique. Le succès vient très vite et il entreprend bientôt des romans. Dès le premier (The Time Machine, 1895), il connait un succès fulgurant qui ne se démentira jamais. Il est unanimement considéré comme un des pères de la science-fiction. Il fit preuve d'un esprit novateur, d'une grande imagination et sut tirer le meilleur parti de sa culture scientifique.

Wells fut aussi un penseur politique influent, il rédigea de nombreux essais politiques et sociaux. Il fit même de certains des best sellers. Il rencontra et s'entretint aussi bien avec Roosevelt que Staline. Il avait déjà rencontré Lénine, Trostski, Gorki et de nombreux autres. Son humanisme et son ampleur de vue étaient respectés. Mais quand il meurt, le 13 mars 1946 , la deuxième guerre mondiale lui a fait perdre tout espoir d'une amélioration du monde humain.

Joseph Altairac et Laura El Makki lui ont consacré une biographie, et David Lodge, une biographie romancée.

L'œuvre de H.G. Wells étant maintenant libre de droits, vous pouvez la trouver en ebooks gratuits.
Plusieurs liens sont donnés ici, vers le bas de la page.

Ados: Un étrange phénomène - Herbert George Wells

Tout Wells convient aux ados
Note :

   Etrange ? C’est le moins !
   
   "Un étrange phénomène" reprend un peu la thématique du roman du même H.G. Wells "M Barnstaple chez les hommes-dieux", à savoir le passage d’un individu d’un monde à un autre ou d’un lieu à un autre. A vrai dire "Un étrange phénomène" (1895) étant antérieur de 28 ans au roman évoqué, c’est plutôt d’un brouillon qu’il faudrait parler.
   
   Ici, c’est d’un lieu à un autre puisque Sidney Davidson, laborantin physicien de son état, se retrouve d’un coup plongé visuellement dans un lieu qui n’est plus du tout son laboratoire de Physique. C’est-à-dire que son corps est bien dans le lieu "laboratoire" ; il entend ses collègues lui parler, mais la réalité qu’il a devant les yeux est celle d’un vaisseau britannique naviguant sur un océan manifestement lointain et exotique.
   
   "- Je ne peux pas me voir moi-même, fit-il en riant. Où diable sommes-nous ?
   - Ici, répondis-je, dans le laboratoire.
   - Le laboratoire ! répéta-t-il d’un ton fort surpris et en portant la main à son front. Oui, j’étais dans le laboratoire, jusqu’au moment où éclata ce coup de tonnerre, mais je veux bien être pendu si l’on m’y trouve encore. Quel est ce navire ?
   - Il n’y a pas de navire, dis-je, soyez raisonnable, mon vieux.
   - Pas de navire, reprit-il, sans prendre garde à mon immédiat démenti. Je suppose, continua-t-il lentement, que nous sommes morts tous les deux. Mais le drôle de la chose c’est que je sens absolument comme si j’avais encore un corps. C’est un reste de vieille habitude, sans doute. Toute la boutique a été détruite par la foudre, probablement. Vite et propre, hein, Bellows ?"
   

   Trois semaines il restera ainsi à ne voir que des scènes déconnectées de sa réalité physique, ne voyant même pas ses membres, et donc obligé de compter sur la solidarité de ses collègues pour manger, ne pas se mettre en danger...
   Et puis progressivement, il va revenir dans la réalité et regretter le monde dans lequel évoluait sa vision (une relative constante chez Wells que cette nostalgie d’un autre monde entraperçu).
   Plus tard, Davidson tombera en arrêt devant la photographie du "Fulmar", qu’il reconnait comme étant le vaisseau avec lequel il vécut trois semaines, aux antipodes de l’Angleterre.
   H.G. Wells en vient à une théorie, énoncée de la bouche du narrateur :
   "D’explication, il n’en est pas de probable, sinon celle qu’a émise le professeur Wade. Mais elle implique une quatrième dimension et une théorie aventurée sur les diverses sortes d’espaces. Dire qu’il y a eu "un nœud dans l’espace" me semble parfaitement absurde, mais peut-être est-ce parce que je ne suis pas mathématicien."
   

   Une théorie ? Une idée en tout cas, une des idées dont ne manquait pas le génial précurseur de la S.F...

critique par Tistou




* * *