Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le suspendu de Conakry de Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin
  L'Abyssin
  Le parfum d’Adam
  Asmara et les causes perdues
  Le grand Cœur
  Sept histoires qui reviennent de loin
  Globalia
  Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi
  Le collier rouge
  Katiba
  Check-Point
  Le tour du monde du roi Zibeline
  Le suspendu de Conakry

Jean-Christophe Rufin est un homme de lettres français, diplomate et ambassadeur, né en 1952. Il a été élu à l'Académie française en 2008.

Le suspendu de Conakry - Jean-Christophe Rufin

Début de série
Note :

    Jean-Christophe Rufin nous transporte en Afrique, dans une escapade-enquête à Conakry où l'assassinat sanglant d'un ressortissant français a été perpétré.
    Ce dernier a été retrouvé mort suspendu au mât de son voilier dans la marina du port.
   
    Roman léger et savoureux, le lecteur pénètre dans la vie des expatriés du bout du monde, des consulats et ambassades, de cette communauté française qui organise sa petite histoire et ressasse la grande dans une ambiance de fin de siècle.
   
    Pour mener cette enquête, un fonctionnaire apparaît. Il a un physique ridicule et des tenues très improbables pour ces contrées si chaudes, tout de suite une sympathie pour lui s'installe.
   
    Aurel Timescu, natif de Roumanie, consul de France à Conakry, sort de son placard en l'absence de son supérieur et va mener l'enquête. Il rêvait faire une carrière de policier, aussi quand un meurtre se présente il va montrer toute sa perspicacité.
   
    L'enquête en elle-même ne mène pas vraiment ce roman mais les caractéristiques des personnages représentatifs d'un certain monde sont savoureux et marqués par l'expérience de l'auteur.
   
    Nous avons plaisir à retrouver Rufin, académicien, dans un nouveau genre littéraire celui du roman policier.
   
    La situation de la Guinée post-coloniale est bien réelle, et se partage entre insécurité et trafic de drogue. Le constat de la colonisation perdure dans l'attitude des français vis à vis des locaux.
   
    L'auteur crée ici un personnage absolument parfait que nous aurons plaisir à retrouver, je pense, dans d'autres aventures puisqu'il est prévu une trilogie.
    ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



Policier léger
Note :

   La foule regardait le corps suspendu sur le sommet du mât, il s'agissait d'un Européen, un citoyen français, une longue plaie sanglante creusait son thorax. Une balle de gros calibre tirée à bout touchant. Il transportait beaucoup d'argent sur son bateau et le coffre fort a été forcé, on n'a trouvé dedans ni argent, ni objet de valeur. Sa compagne a été retrouvée nue, ligotée, elle dit qu'elle a été violée.
   
   C'est le crime crapuleux par excellence. Mais pourquoi le meurtrier s'est donné la peine de hisser le corps en haut du mât. Les criminels ne sont pas des gens normaux, ils ont des idées saugrenues.
   
   Aurel consul de France à Conakry, Roumain de naissance, Français d'adoption, un Roumain qui parle avec un accent terrible et que l'on a relégué dans un placard, il boit comme un cochon, aime jouer du piano. Avec ses habits improbables, il est la risée de tous. Dans une vie antérieure, Aurel avait voulu travailler pour la Police, mener des enquêtes c'était une vocation contrariée. Ce meurtre va lui permettre de réaliser son rêve.
   
   L'auteur nous dresse le portrait d'un homme modeste, qui fait grandir la scierie familiale, qui travaille comme un chien, jamais de vacances, jamais de repos pour satisfaire sa femme qui veut des domestiques, des maisons, de l'argent. Son calvaire, c'est sa fille Cléo, son seul lien avec elle c'est une demande permanente d'argent pour alimenter sa consommation croissante de drogue. Elle est morte il y a deux ans d'une overdose. Alors un jour il quitte tout et part sur son bateau.
   
   Ancien ambassadeur de France en Afrique, Rufin utilise son expérience pour nous plonger dans la Guinée post coloniale. La chaleur, les filles faciles à la recherche d' un mari fortuné, la misère, la corruption, le trafic de stupéfiants. Il choisit pour mener l'enquête un loser alcoolique, un antihéros entre Bérurier l'ami du commissaire San Antonio et l'inspecteur Colombo.
   
   Même si on retrouve l'écriture légère et drôle de Rufin cette immersion dans le roman policier ne m'a pas totalement convaincu, sans aucun doute l'histoire et l'intrigue m'ont semblé un peu trop superficielles pour vraiment passionner les amateurs de polars.

critique par Y. Montmartin




* * *