Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Des châteaux qui brûlent de Arno Bertino

Arno Bertino
  Des châteaux qui brûlent

Des châteaux qui brûlent - Arno Bertino

Très politique et très moderne
Note :

   Que reste-t-il à ceux qui savent leurs emplois condamnés, sacrifiés sur l’autel d’un capitalisme néolibéral effréné et obnubilé par la recherche d’un profit croissant quelles qu’en soient les conséquences, si ce n’est la violence ? La violence pour conserver une forme de dignité à ses propres yeux et à ceux de ses proches, la violence pour se donner collectivement du courage, la violence pour tenter de faire pression, d’obtenir un peu mieux, ou un peu moins mal, que ce que l’on s’apprête à leur accorder avec plus ou moins de dédain.
   
   C’est parce qu’une usine d’abattage de poulets dans le Finistère va fermer qu’une centaine de salariés décident de se mobiliser en occupant les lieux. Depuis des semaines, un Secrétaire d’Etat a été désigné pour tenter de trouver une solution et limiter la casse sociale. En vain jusque-là. Dans une ultime tentative, il décide, malgré les recommandations contraires de son staff, de se rendre une fois de plus sur place pour rencontrer les ouvriers en révolte et tenter, sans véritable mandat, sans projet construit, de désamorcer le conflit.
   
   Très vite, ce naïf politique (il paraît que cela existe…), aveuglé par son idéal d’une société de gauche plus juste et torturé par une histoire personnelle qui le mine de l’intérieur, va devenir l’emblème même d’un conflit qui va prendre de l’ampleur. De médiateur il se transforme en otage d’une classe ouvrière qui n’a plus rien à perdre. Le voici séquestré, symbole de la révolte des petits et des pauvres envers l’élite, catalyseur de toutes les frustrations et de tous les espoirs.
   
   A partir de là, Arno Bertino élabore un livre très politique et très moderne. Un récit où chacun s’exprime, avec son propre langage, celui élaboré des gouvernants et des conseillers, celui syntaxiquement bancal de ces ouvriers qui ont très vite arrêté l’école, celui formaté des forces de l’ordre qui entourent l’usine. Plus le conflit dure et s’enlise, plus les rapports entre les êtres changent, plus les lignes se fracturent ou s’interpénètrent.
   
   Il est beaucoup question des corps dans ce roman. Ceux des poulets que l’on abat à la chaîne sans plus y penser, victimes expiatoires d’un système productif déshumanisé. Ceux des ouvriers usés par les postures répétitives. Ceux des occupants qui s’entassent, se mêlent ou se frôlent dans une usine qui devient à la fois un lieu de débats, de conflits, de rencontres et de joyeux bordel en forme de pied-de-nez au système. Celui de l’otage, défait, et dont le lustre et le pouvoir s’effacent au fur et à mesure que les kilos fondent et que la barbe pousse. Tous ces corps sont à leur tour entourés des corps d’Etat, CRS, Préfet, Ministres, Chef de l’Etat, journalistes qui ne cessent d’hésiter sur la conduite à tenir, l’essentiel étant de sauver les meubles avec le moins de dégâts possibles en termes de retombées médiatiques. Alors s’il faut pour cela sacrifier un membre faible, c’est un prix acceptable à payer… Une lutte des corps (des classes) entre les sacrifiés et le système en quelque sorte.
   
   Il n’est pas toujours simple de suivre la trame d’un récit où se multiplient points de vue et histoires personnelles. Mais c’est aussi ce qui fait la force d’un roman original, politique et engagé et qui illustre les inconciliables contradictions inhérentes à un système où l’humain est de plus en plus exclu ou marginalisé. Alors, forcément, un jour cela pète.
   
   Arno Bertino pose les bases d’une nouvelle écriture, alternative, vraie, âpre et rude comme nos sociétés où une infime minorité est prête à confisquer toujours plus au détriment du reste du monde, restant aveugle et sourde aux conséquences inéluctables. C’est juste une question de temps.

critique par Cetalir




* * *