Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nous, les vivants de Olivier Bleys

Olivier Bleys
  Le colonel désaccordé
  Concerto pour la main morte
  Le maître de café
  B comme: Chambres Noires Tome 1 Esprit, es-tu là?
  Semper Augustus
  L'art de la marche
  Nous, les vivants

Olivier Bleys est un écrivain français né en 1970.

Nous, les vivants - Olivier Bleys

Sauvage beauté des paysages
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
    Une rentrée littéraire placée sous le signe de l'étrange et du dépaysement avec ce roman bref mais efficace d'Olivier Bleys.
   
    Marcheur amoureux du monde qui lui procure tant d'émotions, Olivier Bleys enferme ici le lecteur dans un huis clos à 4200 mètres d'altitude dans les Andes, dans une petite maison prise dans une terrible tempête de neige.
   
    Perdu à la frontière du Chili et de l'Argentine, le refuge Maravilla abrite le gardien qui guette Jonas, le pilote de l'hélicoptère venu le ravitailler.
    Un étrange personnage vit là aussi, un dénommé Jésus, il surveille la frontière et fait des relevés.
    La tempête de neige les surprend alors que Jonas s'apprête à repartir.
   
    Condamné à rester là en attendant des temps plus cléments, Jonas se sent pris au piège et se voit embarqué dans une aventure qui lui échappe.
   
    Le lecteur est aussi pris au piège de l'ivresse de l'altitude et de l'implacable et sauvage beauté de ces paysages andins.
   
    Olivier Bleys avec un style et une écriture épurée, raconte l'histoire de Jonas dans un univers hostile et envoûtant.
   
    A la fois thriller et roman initiatique, cette histoire distille un suspense et nous montre combien nous pensons et agissons mal face à une nature qui toujours prends sa revanche.
   
    Un moment délirant et anesthésiant comme le froid que nous fait vivre l'auteur à l'instar de son héros, Jonas.
    Une très belle découverte de lecture d'un écrivain voyageur et marcheur.

critique par Marie de La page déchirée




* * *