Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: La tête sous l'eau de Olivier Adam

Olivier Adam
  Passer l'hiver
  Je vais bien, ne t’en fais pas
  A l'abri de rien
  Des vents contraires
  Poids Léger
  Le cœur régulier
  Dès 09 ans: Personne ne bouge
  Les lisières
  Peine perdue
  La renverse
  Chanson de la ville silencieuse
  Ados: La tête sous l'eau

Olivier Adam est né en 1974 et a publié son premier roman ("Je vais bien, ne t’en fais pas") à 26 ans. Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma.

Il vit actuellement près de Saint Malo.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Ados: La tête sous l'eau - Olivier Adam

Dès 14 ans
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   Thèmes : Disparition, Famille, Thriller
   
   Du même genre j'avais lu Quand vient la vague mais j'avais beaucoup moins accroché. On retrouve des similitudes : le thème de l'eau, de la mer, du tsunami qui détruit une famille, la sœur disparue, toute la psychologie autour de l'absence et de l'incertitude mais j'avais trouvé le rythme trop plat. La disparition de la sœur est ici plus terrible, plus crédible, plus bouleversante et l'ensemble m'a paru plus réaliste. D'où mon coup de cœur. Et aussi parce que c'est la première fois que je découvre la plume de Olivier Adam.
   
   On est dans un thriller à la fois psychologique et addictif, écrit de manière percutante et contemporaine. Les mots sont à vifs, les émotions meurtries, le rythme est tendu et âpre.
   J'ai vraiment adoré et ce roman m'a tenue en haleine en deux heures à peine tellement j'étais prise dans l'histoire.
   
   Léa a disparu pendant un festival. Elle voulait fuguer, s'enfuir... Depuis son frère Antoine, assiste à la dérive et au naufrage de sa famille... la séparation de ses parents, son père fracassé et meurtri. Lui-même en retrait, qui se réfugie dans le surf. L'enquête piétine... et il oscille entre doute et espoir, imagine ce qui s'est passé, pense à sa sœur. Puis la police annonce que Léa a été retrouvée et là l'angoisse de l'absence ne s'envole pas complètement. Elle reste figée, fossilisée dans les esprits, par la peur de perdre de nouveau cet être si précieux. Retrouvée saine et sauve, Léa est profondément choquée et refuse de parler. Les choses paraissent terminées...
   
   Une histoire angoissante, sombre, rythmée par le ressac de la mer... des détails troublants, une correspondance abrupte, une écriture fluide et efficace, qui fait de se roman un thriller exceptionnel.
    ↓

critique par Laël




* * *



Du moment qu'on s'aime pareil
Note :

   "On ne peut pas tout aimer pareil. Du moment qu'on s'aime pareil toi et moi."
   

   Comment moi, la Comète, qui ne suis absolument pas férue de roman jeunesse, puis-je me retrouver, ici, aujourd'hui, devant vous, en train de chroniquer un titre classé young adult, un bouquin avec des ados, tout un tas d'ados, à qui il arrive des trucs atroces, atrocités racontées... par un ado ? Et n'en dire que du bien? Suis-je tombée sur la tête, suis-je en train de changer de personnalité, de devenir une geek de roman jeunesse?? Oh là là j'ai peurrr...
   
   Rien de tout ça, en fait. Ma tête va bien, ma personnalité aussi (enfin ça dépend des jours...) et je ne suis pas encore tout à fait une geek young adult. Seulement, ce roman-là est signé Olivier Adam (ça aide) et objectivement il est très bon. Excellent même. J'ai pris un réel plaisir à cette lecture qui n'a pas fait un pli. Lu en une petite journée cette "tête sous l'eau".
   
   C'est l'histoire d'une famille, le père (journaliste à la petite semaine, tendance alcoolique et écrivain frustré) la mère (prof), les deux ados, le garçon Antoine (encore et toujours Antoine...) et la fille Léa. Tous les quatre quittent la région parisienne pour la Bretagne. Depuis le déménagement, auquel Antoine s'est résigné, Léa ne décolère pas. Ce départ en province, la jeune fille ne l'a pas voulu et fait la guerre à ses parents, En effet, Léa a laissé à Paris quelqu'un dont elle est très amoureuse, comme en témoignent les lettres qui ponctuent le récit mené par Antoine. Et puis survient le drame. Un soir Léa disparaît, plongeant sa famille dans le désespoir. Restés des mois sans nouvelles de leur fille, les parents, brisés, finissent par se séparer. Lorsque miraculeusement Léa est retrouvée, saine et sauve, la vie ne va pourtant pas reprendre son cours normal...
   
   J'ai retrouvé dans ce terrible roman tout ce que j'aime chez Olivier Adam, l'auteur pour adultes : des personnages, touchants, crédibles, très à vif, une grande sensibilité qui n'est jamais de la sensiblerie, une émotion, une tension psychologique très palpables doublées ici d'un excellent suspense. Je ne vous parle même pas de l'écriture d'Olivier Adam, de ses phrases courtes et nerveuses, de ses mots à la fois bruts et pudiques pour décrire l'indicible... Aucune volonté d'édulcorer, ni de choquer. L'équilibre est parfait. Et cette Bretagne, si magnifiquement évoquée, tellement aimée par l'auteur et qui concentre dans ce roman toutes les haines...
   
   Coup de cœur ! Pour un roman jeunesse ! Champagne les amis !
   
   "Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s'abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. A cet instant c'est exactement ce que j'attends d'elles. Qu'elles m'assomment. Me foutent la tête sous l'eau. Me passent au Kärcher. Me nettoient de fond en comble. Et finissent par m'effacer tout à fait. Remis à neuf, essoré, liquidé"

critique par Une Comète




* * *