Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un gentleman à Moscou de Amor Towles

Amor Towles
  Les règles du jeu
  Un gentleman à Moscou

Amor Towles est un écrivain né en 1964 à Boston.

Un gentleman à Moscou - Amor Towles

La confédération des perdants
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
    Le roman dont je vais vous parler aujourd’hui a – je trouve – un charme littéraire tout à fait irrésistible… Et j’en fais un coup de cœur de cette rentrée littéraire, tant il m’a séduite par son côté à la fois désuet et érudit. Avec Un Gentleman à Moscou, vous entrez dans un microcosme étonnant, celui de l’Hôtel Metropol à Moscou. Le Comte Illitch Rostov vient d’y être assigné à résidence suite à un procès mené par un tribunal bolchévique. Nous sommes au début des années 1920. Le Comte avait déjà ses habitudes dans cet hôtel, mais on ne lui permet pas de rester dans sa suite et les employés, gênés, déménagent quelques unes de ses imposantes affaires dans une toute petite pièce du dernier étage, une ancienne chambre de bonne, un cagibi d’à peine 9m2. Le Comte accepte cependant son sort avec philosophie et intelligence, sympathisant au fil des années avec les employés de l’hôtel (jusqu’à finir par devenir un des leurs), nouant des relations privilégiées avec de hauts dignitaires, des diplomates de passage. Mais, c’est sa rencontre improbable avec une petite cliente, Nina, qui sera déterminante dans la vie du Comte. Se faufilant partout, connaissant des passages secrets, elle lui ouvrira les portes inexplorées de cet hôtel qui ne contient pas moins de deux restaurants, un bar et de nombreuses salles de réception où se réunissent régulièrement les nouveaux maîtres du Kremlin.
   
    Ce roman est un pavé de près de 600 pages, il est physiquement très lourd, mais il serait judicieux de ne pas s’arrêter à ces considérations, et de plutôt décider de se laisser accrocher par sa sublime couverture. Car je n’ai rien regretté de ce fabuleux voyage dans une URSS en construction, qui cherche parfois ses marques, via une fresque romanesque digne des plus grands romans, et qui n’oublie pas de rendre hommage à l’âme et à la culture russe. J’ai adoré visiter avec le Comte, ce gentleman convaincu rarement pris en défaut de bienséance, et personnage peu à peu infiniment attachant, toutes les pièces et escaliers dérobés du Metropol que l’on finit par connaître, comme les nombreux autres personnages de ce roman, sur le bout des doigts. Cerise sur le gâteau, Un gentleman à Moscou sera prochainement adapté en série télévisée par Tom Harper, avec Kenneth Brannagh dans le rôle titre, hâte.
   
   "A l’instar de celle des francs-maçons, la confédération des perdants est une confrérie très unie dont les membres voyagent sans signe distinctif, tout en se reconnaissant dès le premier regard. Car après leur chute, ceux qui en sont membres partagent une certaine façon de voir les choses. Comme ils savent que la beauté, l’influence, la célébrité et les privilèges vous sont simplement prêtés plutôt que donnés, il est difficile de les impressionner. Ils ne sont pas sujets à la jalousie ou au dépit. Loin d’eux l’idée de parcourir les journaux à la recherche de leur nom. Ils tiennent à vivre parmi leurs semblables, mais considèrent l’adulation d’un œil prudent, l’ambition d’un œil compatissant et la condescendance d’un œil amusé."
    ↓

critique par Antigone




* * *



Hôtel particulier
Note :

   Quel bonheur de rentrer dans l'univers de ce gentleman, assigné à résidence dans un hôtel particulier, où il peut tout de même vivre à sa guise. J'ai beaucoup aimé l'originalité et la fantaisie de ce roman, sur fond d'histoire russe.
   
   Les personnages sont tous charmants, formidablement bien campés, à commencer par la jeune Nina, qui aura une grande importance dans la vie du comte. Mais aussi les autres clients de l’hôtel, que ce soit des diplomates de passage ou une actrice célèbre, fantasque et inaccessible. Sans oublier le personnel de service.
   
   J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, à l'univers à la fois réaliste et plein de magie. Il permet une fascinante immersion dans un monde hors du temps. A l'image de sa magnifique première de couverture qui fait de ce roman un bien bel objet livre.
   
   Malgré quelques longueurs, j'ai été sous le charme de l'écriture et de la vie de ces personnages hauts en couleur qui gravitent autour de ce "Gentleman à Moscou".
   
   Ce roman peut s’apparenter à un conte merveilleux et, à bien des égards, il m’a fait passer un excellent moment.

critique par Éléonore W.




* * *