Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'imprévu de Christian Oster

Christian Oster
  Trois hommes seuls
  Dès 09 ans: Le mariage de la tortue
  Rouler
  Sur la dune
  La vie automatique
  L'imprévu
  Massif Central

Christian Oster est un écrivain français né à Paris en 1949.

L'imprévu - Christian Oster

Charme du style, pas du personnage
Note :

   Archétype des romans de Christian Oster. Pas de surprise. Si vous avez aimé les autres, vous aimerez celui-là, sinon, non. Quant à moi, j'avais bien aimé les autres, à cause de la belle écriture, du talent d’écrivain, de l'originalité du point de vue... Mais à la longue, bien sûr, il n'y a plus d'originalité. Ne reste que le talent, et comme ce n'est déjà pas rien, je suis allée jusqu'au bout, mais je n'y reviendrai peut-être pas.
   
   Un homme que l'on devine d'âge moyen et qui se dit quasi perpétuellement enrhumé a le malheur de contaminer toutes ses conquêtes, que ce fléau met rapidement en fuite, et justement, nous le découvrons au moment où, en route pour l'île de Braz, il doit faire une étape imprévue dans une auberge pour permettre à sa compagne terrassée de s'aliter. Las, il le sent immédiatement, les premières atteintes du mal sonnent le glas de sa bluette. La dame lui demande bientôt de poursuivre la route seul, et sans la voiture, pendant qu'elle se rétablit. Notre personnage, dont on ne saura même pas le vrai nom, s'incline et entame le stop. Il est bientôt recueilli par un bon Samaritain, qui lui offrira même l'hospitalité.
   
   De rencontres en hasards, il poursuit sa route jusqu'à destination. Il ne se départira jamais de sa morosité, d'un solide égoïsme, non pas agressif, mais passif, de son incapacité majeure à presque tout. Il se laissera porter de-ci de-là, sans excessive bonne volonté, très égocentré sans méchanceté particulière.
   
   C'est beau, très bien écrit, je l'ai dit, et en plus, c'est une écriture qui a une élégance et un charme certain, alors je l'ai lu jusqu'au bout sans problème ; on est un peu envoûté. De là à dire que ce livre me laissera un grand souvenir, je ne m'y risquerai pas. Quant à l'objectif de l'auteur, je m'interroge.
   
   On évoque souvent l'humour de Christian Oster... je ne sais pas trop. Il ne m'amuse pas beaucoup, moi, ce bonhomme incertain. Dans l'humour, il y a un recul, un clin d’œil que je ne suis pas sûre de trouver ici. Ou alors, cet égoïste m'a trop pesé, je n'y suis plus sensible.

critique par Sibylline




* * *