Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les idéaux de Aurélie Filippetti

Aurélie Filippetti
  Les derniers jours de la classe ouvrière
  Les idéaux

Les idéaux - Aurélie Filippetti

Politique & Littérature
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   Aurélie Filipetti signe ici un roman de rentrée littéraire qui fait forcément un peu de bruit dans les médias. Ancienne députée et ministre de la culture, elle est en effet une personne connue du public, elle a côtoyé récemment des figures importantes du monde politique français, sa parole compte. Mais pourquoi un roman ? Voilà qui m’a déjà moi envoyée sur une mauvaise piste. A lire très vite le pitch de ce livre, je pensais que l’auteure avait écrit effectivement un roman d’amour, qui confrontait un homme et une femme, des personnages aux idéaux différents, contraires, et pourtant amants. Et j’étais intéressée de découvrir la capacité fictionnelle de l’ancienne ministre. En réalité, Aurélie Filipetti raconte dans ce livre sa relation avec Frédéric de Saint-Sernin, secrétaire d’État dans le gouvernement Raffarin. Elle cherche également à justifier son parcours, ses idées politiques, ses actions et ses empêchements.
   
   Dans les deux premiers tiers du livre, j’ai eu le sentiment qu’elle était très prudente, ne nommant personne (le président est qualifié de Prince), ne rentrant que très peu aussi dans sa sphère privée, se contentant d’énoncer de grandes idées aux motivations respectables, les confrontant avec son amant, se justifiant (encore) d’être avec lui malgré leurs différences, revenant sur ses origines sociales. Bref, je m’ennuyais un peu dans une atmosphère nébuleuse entretenue où il ne se passait au final pas grand-chose pour la néophyte en politique que je suis, rien de visiblement croustillant non plus à se mettre sous la dent en ce qui concerne une histoire d’amour réduite à des SMS et des passages rapides et discrets dans des portes cochères.
   
   Et puis, à partir de la page 315 (sur 443), quelque chose bouge. Entrée alors à son tour au gouvernement, la narratrice émet des commentaires sur le nouveau président, et surtout sur sa déception de voir que rien de ce que l’on attendait n’arrive, et à quel point le militantisme est désormais bafoué par un pouvoir, pourtant de gauche, qui préfère répondre aux sirènes de la bourgeoisie, de l’argent et de la flatterie. Aurélie Filipetti est soudain remontée en flèche dans mon estime, au vu du courage qu’elle manifestait tout à coup. Le portrait qu’elle fait de François Hollande est édifiant.
   
   Malgré une écriture de grande qualité, je reste toutefois assez réservée sur ce titre qui ne respecte pas spécialement son contrat de départ et semble être bien plus une justification d’actions politiques passées que le récit d’une histoire d’amour compliquée. Aurélie Filippeti en ressort cependant avec une image plus précise, moins effacée, plus intéressante.
   "Après le repas, elle le raccompagna jusqu’à la porte, puis retourna à son bureau.
   Elle aimait se promener dans le palais déserté à la nuit tombée, au moment où l’on n’entend plus soupirer que la fatigue des horloges. Les chandeliers d’argent, les lustres de cristal, les tapis de laine épaisse, les candélabres tortueux oubliaient alors pour un moment les rendez-vous des plaideurs. Même le prince Jérôme sur son tableau en pied semblait s’assoupir. Elle ouvrit les portes-fenêtres en grand pour dissiper le parfum entêtant des flatteries. Une angoisse la saisit. Elle entendait ce bruit, de nouveau, comme une porte cognant contre son chambranle doré. Il n’y a pourtant pas de courant d’air ici, pensa-t-elle.
   Un bruit sourd. Le fantôme était là, sourit-elle, ou peut-être pas.
   Le fantôme du peuple."

critique par Antigone




* * *