Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Roissy de Tiffany Tavernier

Tiffany Tavernier
  Á table!
  Roissy

Roissy - Tiffany Tavernier

Une vie en phase terminal
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   Où?
    Le roman se déroule en France, principalement à Roissy et dans les alentours.
   
   Quand?
    L’action se situe de nos jours.
   
   En deux mots:
    Une femme erre dans l’immense aéroport de Roissy, allant d’un terminal à l’autre. Elle ne cherche pas à prendre l’avion, car cela fait maintenant huit mois qu’elle vit là. Comme elle ne sait plus qui elle est, elle essaie de se fondre dans la foule et, au fil des rencontres, de se recréer une histoire.
   
   Ma chronique:
   Anna vit depuis des mois à l’Aéroport de Roissy. En racontant son histoire Tiffany Tavernier nous fait partager ce monde très particulier et réussit un roman d’une rare intensité dramatique.
   
   J’imagine bien le père de Tiffany Tavernier, le réalisateur Bertrand Tavernier, s’emparer du roman de sa fille pour en faire un film. Non seulement parce que l’histoire qu’elle nous raconte a tous les ingrédients d’un formidable suspense dans un décor qui fera vagabonder l’imagination des spectateurs, mais surtout parce qu’il viendrait compléter une filmographie qui n’offrait jusqu’à présent que des personnages principaux masculins. Tombés du ciel de Philippe Lioret (avec Jean Rochefort) et Le Terminal de Steven Spielberg (avec Tom Hanks) s’inspiraient tous deux de la vie de Mehran Karimi Nasseri, un réfugié iranien qui a vécu dans le terminal 1 de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle du 8 août 1988 jusqu’en août 2006.
    Cette fois nous ne sommes plus en présence d’un apatride à la situation administrative inextricable, mais suivons une femme amnésique.
   
    Quand débute de roman saisissant, celle qui se fait appeler Anna a déjà pris ses quartiers dans l’aéroport. Elle vit ici depuis de longs mois, passant d’un terminal à l’autre, et semble s’être parfaitement intégrée à la foule des voyageurs. Elle a compris que le seul moyen de ne pas attirer l’attention sur elle consistait à se fondre dans la foule, à se promener en traînant derrière elle une valise. On la voit devant le kiosque à journaux se renseigner sur l’actualité, devant le tableau des départs en train d’étudier les vols des différentes compagnies et d’enregistrer les retards, histoire de pouvoir renseigner l’une ou l’autre des personnes attendant un proche ou une relation professionnelle. On la voit aussi aux toilettes se refaire une beauté, passer son rouge à lèvres tout en vérifiant sa mise. Elle va aussi au café et à l’épicerie pour tenter de trouver de quoi se nourrir, mais son plaisir ce sont les arrivées. Les voyageurs qui débarquent ont en effet tous quelque chose à raconter…
   "Je reste encore un long moment à regarder le flot des passagers. J’imagine leur vie, leur métier, leur invente des destinées que j’aimerais coucher sur le papier, ce que je ne ferai pas par superstition, comme si écrire sur eux pourrait influer le cours de leur existence. Tout est si confus en moi. Pour rien au monde je ne voudrais provoquer un désastre. Le mien suffit."

   
   Ce fameux désastre a pour nom amnésie. Au fil de ses rêves ou des images qui vont lui revenir en mémoire, on va apprendre que cela peut être lié à la mort d’une petite fille ou à un accident de voiture, voire à la combinaison des deux. Mais comment a-t-elle échoué à Roissy? A-t-elle voulu fuir? A-t-elle été victime d’un vol? Questions qui vont rester sans réponse et insuffler au lecteur cette étrange sensation d’implacabilité. Comme dans la série Le prisonnier, elle aura beau tout essayer, elle se retrouvera toujours à son point de départ.
   
    En fine observatrice, Tiffany Tavernier va nous livrer quelques statistiques impressionnantes sur le quotidien d’un grand aéroport, sur le personnel et sur les voyageurs. Un exemple frappant parmi d’autres: un jour un asiatique s’arrête dans la boutique des vins fins trouve qu’une bouteille de Château Yquem à 1990 euros n’est pas assez chère pour lui "il lui reste un peu plus. Il sort alors une liasse de billets qu’il se met à compter. Allez hop! Va pour un Château Yquem 1996! Le type paie, et là, c’est le bouquet! Juste avant de sortir, il se retourne et confie, tout heureux: “C’est pour ma sœur, elle adore le bon vin pour faire ses Vinaigrettes.”"
   

   Plus impressionnant encore est l’envers du décor. Dans les pas d’Anna, on va découvrir ce qui se cache derrière les portes "de service", le nombre de SDF installés dans l’aérogare et les combats qu’ils mènent pour leur défendre "leur" territoire. Après avoir tenté de les éviter – elle n’entend pas être assimilée aux SDF – Anna va finir par s’acoquiner avec Vlad et partager avec lui un matelas dans un recoin souterrain. Mais ce dernier va tomber malade puis être victime d’une vengeance. Il ne devra son salut qu’à l’intervention d’Anna qui se retrouve à nouveau seule face à cette tribu invisible mais arrogante, voire dangereuse à l’image de Josias qui la coince aux toilettes et lui offre de partager sa couche après avoir appris que Vlad avait fini à l’hôpital. "L’avait-il su par Liam, son frère à moitié dingue qui, lorsqu’il est en crise, voit parfois tout du passé ou de l’avenir d’une personne? Par Joséphine, qui, bien qu’obèse, trouve la force de sillonner, matin et soir, les aérogares, observant tout, voyant tout, au point que l’œil de Dieu, s’il existait, ne ferait pas mieux qu’elle, ou alors par lui-même, Josias, un de ces jours de dispute avec les siens où, pour se calmer, il lui faut faire sept fois le tour des terminaux, sans discontinuer?"
   

   Ce qui rend le roman si prenant, c’est sa construction dramatique. Car la tension va encore monter d’un cran quand Anna va croiser le regard d’un homme qui semble encore plus perdu qu’elle. Cet homme vient tous les jours à Roissy pour y attendre sa femme, passagère du Rio-Paris qui s’est abîmé en mer. Aucun cadavre n’ayant été trouvé, il se dit qu’elle peut débarquer à n’importe quel moment. Il ne vit désormais que dans cette attente. Au fil de leurs échanges, ils vont devenir de plus en plus intimes. Mais deux désespoirs font-ils un espoir? Je vous laisse le découvrir.
    ↓

critique par Le Collectionneur de livres




* * *



Mmagnifique d'émotion
Note :

    Un premier roman étonnant et percutant, une belle rentrée littéraire pour cette auteure, que l'on découvre avec un grand plaisir.
   
    L'aéroport international de Roissy c'est le monde en partance, une foule en mouvement. Anonymes qui se ressemblent scrutant les écrans, la tête dans les étoiles d'un nouveau départ.
    Roissy et ses éternels voyageurs.
   
    Ce n'est pas cette histoire que raconte ici Tiffany Tavernier. Elle dépeint le portrait d'une femme qui reste, qui ne part pas ou plus.
    Nous la suivons ici dans ce court roman poignant, elle que l'on ne regarde pas d'habitude.
   
    Elle s'appelle Anna et erre dans Roissy depuis plusieurs mois, d'un terminal à l'autre. Elle est sans mémoire et fait tout son possible pour la retrouver.
    En attendant elle fait très attention de ne pas se faire prendre par la sécurité, elle côtoie les SDF qui habitent dans les sous-sols, apprend les codes de l'aéroport et son vocabulaires. Elle met en place une routine pour survivre.
   
    Un jour, elle rencontre Luc, il vient tous les jours attendre l'arrivée du vol Rio-Paris, sa femme a disparu. Lui voudrait oublier le vol, le crash et son chagrin d'avoir perdu son amour.
    Alors de cette improbable rencontre je ne dirai que la possibilité de l'espoir.
   
    La force de ce roman est de nous faire voir l'envers, les coulisses d'un monde que l'on ne voit pas et la souffrance de ces âmes perdues qui se croisent.
    Anna est bouleversante dans l'angoisse du quotidien fatiguant et des vies qu'elle invente. Elle souffre quand des bribes de souvenirs viennent par vague la hanter.
   
    L'écriture est tout en retenue mais reste très visuelle. La construction littéraire captive par la rencontre de personnages attachants vivant dans cet entre-deux monde, ceux qui ne partent pas.
    Un livre magnifique d'émotion.

critique par Marie de La page déchirée




* * *