Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dans les coulisses du musée de Kate Atkinson

Kate Atkinson
  La souris bleue
  Dans les replis du temps
  Sous l’aile du bizarre
  Dans les coulisses du musée
  Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux
  A quand les bonnes nouvelles?
  On a de la chance de vivre aujourd'hui
  Parti tôt, pris mon chien
  Une vie après l'autre
  L'homme est un dieu en ruine

Kate Atkinson est un écrivain britannique née en 1951.

Dans les coulisses du musée - Kate Atkinson

Musées familiaux
Note :

   C'était bien, c'était beau, c'était émouvant et tout et tout. Une vraie belle découverte. Dès l'instant de sa conception, Ruby Lennox raconte sa vie et celle de sa banale famille anglaise. Sauf qu'aucune famille n'est banale et que toutes cachent plus ou moins bien leurs drames, leurs souffrances et leurs déchirures.
   
   Kate Atkinson entremêle avec une grande habileté passé et présent. Elle raconte la vie comme elle vient avec ses successions de mariages, d'enterrements, de naissances, de rentrées scolaires et de vacances, de fuites et de retrouvailles.
   
    Les choses prennent sens chapitres après chapitres, des liens se révèlent entre des personnages qu'à priori rien ne rapproche. C'est fascinant de voir l'histoire de cette famille prendre forme à travers les vies des femmes de la famille. Une bonne centaine d'années d'histoire d'Angleterre et d'Europe, deux guerres mondiales et les transformations de la société par une accumulation de petits épisodes.
   
   Et s'il n'y avait que ça! La voix de Ruby, toute en clairvoyance, en humour et en amertume distille le rire et les larmes. Son regard sur ce qui l'entoure est absolument sans concession. De la voix de l'enfant à celle de l'adolescente puis de l'adulte, on ne perd jamais ce regard chargé d'une souffrance qui s'ignore. Elle n'épargne rien du poids des bonnes manières et des coutumes d'une classe moyenne qui se veut respectable et qui n'en reste pas moins pitoyablement vulgaire et étroite. Aucune petitesse, aucun ridicule ne lui échappe. Et on rit alors que ces vies qui s'égrènent sont somme toute d'une tristesse insondable.
   
   J'ai envie de poursuivre ma découverte de cet auteur.
   ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Féroce, alerte et décapant
Note :

   "Nous sommes génétiquement enclins aux accidents, l'accident de la circulation et l'explosion étant les plus fréquents"
   
   Cette histoire débute le jour de la conception de Ruby Lennox, dans le lit conjugal de ses parents. L'héroïne s'adresse à nous du ventre de sa mère, alors que personne ne sait qu'elle a été conçue! Elle assiste ainsi aux premières nausées dues à sa grossesse.
   
    Née en 1952, c'est un des premiers bébés qui voit le jour sous le règne de la nouvelle reine. Début pour le moins original et qui nous plonge d'emblée dans une ambiance un brin sordide- ce n'est pas une enfance de princesse que l'héroïne va vivre- loin s'en faut. Voilà donc un livre féroce et cruel, qui démarre tambour battant et dont l'originalité est bien sûr cette petite voix du ventre de sa mère.
   
   Une fois quittée le corps maternel, elle ne peut plus connaître les pensées de sa mère ni ses rêves. Et voilà qu'elle nous raconte l'histoire de ses parents: sa mère Bunty, déçue par le mariage et confrontée aux misères de la vie domestique, et de son père Georges, qui a 10 ans de plus. Ils tiennent une boutique d'animaux et ils habitent avec leurs enfants au dessus: Gillian, sa sœur de 3 ans son aînée, qui mourra d'un accident de la route, et Patricia son autre sœur.
   
   Mais elle remonte aussi à ses ancêtres, et à la vie de sa grand mère, ce qui nous permet de revenir sur la totalité du 20ème siècle, et notamment la guerre 1914-1918, avec les hommes partis au front.
   
   Un style alerte et décapant, l'originalité du récit tient en grande partie à sa forme et à ce point de vue particulier qui nous permet de suivre la vie de cette famille sous l'œil perfide de la benjamine.

critique par Clochette




* * *