Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Folle ambiance de Pétillon

Pétillon
  P comme: Jack Palmer: Les disparus d’Apostrophes
  Folle ambiance

René Pétillon, dit Pétillon, est un dessinateur et scénariste de bande dessinée et caricaturiste, né en 1945 et mort en 2018

Folle ambiance - Pétillon

Sélection de dessins parus dans le Canard Enchaîné
Note :

   Hommage, non national, à René Pétillon, décédé le 30 septembre 2018.
   
   Le père de Jack Palmer ne se contente pas d'écrire des bandes dessinées, il s'amuse à brocarder joyeusement l'actualité, à donner sa vision ironique d'évènements qui nous préoccupent tous plus ou moins, dans lesquels nous nous sentons concernés à un degré ou à un autre.
   
   Il privilégie les phylactères, jouant avec les légendes dans un registre mordant, accompagnés de dessins épurés. Il égratigne là où ça démange, que ce soit en établissant un état des lieux ou effectuant un bilan spirituel ou de santé, s'intéressant aux médias et leurs remous, surtout télévisuels, ou aux affaires, de Tapie à Tibéri en passant par l'ARC, croyant aux politiques, suivant à la trace Chirac, visitant les paradis étrangers et corse.
   
   Quel rapport avec le roman noir ou policier me direz-vous. Tout simplement parce que de nombreux écrivains puisent dans cet inépuisable vivier que Pétillon restitue graphiquement. Là où les romanciers, disons engagés, dénoncent les malversations, les magouilles, les avatars de la vie politique, les enrobant dans une intrigue, Pétillon les croque sur le vif dans un style dépouillé.
   
   Cet album date d’octobre 1996, mais par respect pour l’auteur qui m’avait dédicacé cet ouvrage, j’ai préféré le laisser en l’état.
   
   Mais vingt-deux ans après sa parution, on peut se rendre compte que les partis, les hommes, se sont succédé, mais que le résultat est toujours le même, malgré des réflexions parfois fracassantes. Certains dessins pourraient servir de nos jours, suffit juste de changer l’intitulé ou le nom des personnages.

critique par Oncle Paul




* * *