Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le chien du mariage de Amy Hempel

Amy Hempel
  Le chien du mariage

Le chien du mariage - Amy Hempel

Good vibrations
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   
   "J'étais consciente d'en être arrivée à un point où un compliment devient un piège, car il nous faut toujours entretenir l'objet de ces louanges. Si l'on s'en tient là, tout ce à quoi on peut s'attendre, c'est de la rancœur."
   

    Dans la file d'attente, à la caisse de la librairie , je savais déjà que, contrairement à la cliente précédente qui venait d'abandonner un roman feel good, je ne lâcherais pas ce recueil de nouvelles d'Amy Hempel. Alors que j'étais restée Aux portes du royaume animal*, cette fois, l'auteure venait de m'en donner les clés avec le texte qui donne son titre au récit.
   
   Comment ne pas être enthousiasmée par ce récit en quatre parties mettant en parallèle, de manière très subtile et elliptique la fin d'un mariage et les relations que la narratrice entretient avec les chiens ?
   Tout ne sera pas expliqué, les fins resteront souvent ouvertes, les chiens perdus ne seront pas forcément retrouvés, le déni persistera, la solitude aussi qui conduit une autre narratrice (ou la même ?) à parcourir des kilomètres en voiture car "Une veille de vacances, on a l'impression d'avoir un endroit où aller simplement en étant sur la route au milieu de tant d'autres qui en ont."
   
   Cela peut paraître frustrant de ne pas avoir un récit "bouclé", dont on connaît la fin, mais Amy Hempel, laisse résonner les vibrations qu'émettent ses personnages bien longtemps après qu'on ait refermé le recueil et on n'oubliera pas de sitôt la nouvelle "Les intrus" avec son montage alterné entre les souvenirs d'un vieux film vu et revu par la narratrice qui les tisse avec ceux, très différents de deux utilisations d'un test de grossesse à des années d'écart.
   
   Parfois, un humour subtil se fait jour quand la narratrice envoie une lettre qui dérape pour contester une amende. Mais les apparentes digressions sont surtout là pour "rendre cette histoire plus humaine" et rendre compte de la sensibilité de la narratrice, qui se demande "peut être que je suis un animal sauvage, l'un de ceux qui tremblent après avoir échappé au traumatisme de leur quasi-capture."
   

   Ce tremblement voilà sans doute ce dont rendent compte les nouvelles d'Amy Hempel. Un grand coup de cœur .
   
   * Titre précédent

critique par Cathulu




* * *