Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy

Thomas B. Reverdy
  Les évaporés
  Il était une ville
  L'hiver du mécontentement

Thomas B. Reverdy est un romancier français né en 1974.

L'hiver du mécontentement - Thomas B. Reverdy

Londres, années 80
Note :

   Rentrée littéraire 2018
   Prix Interallié 2018
   
    Le roman se situe à Londres pendant l'hiver. Un hiver particulièrement froid, où Candice, une toute jeune femme, entre ses livraisons à vélo et ses répétitions de Shakespeare, traverse une ville secouée par la crise politique.
   
    Janvier 1979, c'est la grève générale, la société est bloquée et le parti travailliste au pouvoir se fait bousculer par une certaine Margaret Thatcher encore inconnue.
   
    Certes la crise est mondiale et les événements politiques s'enchaînent sur fond de communisme, pétrole et guerre.
   
    Les années 80 arrivent et plus rien ne sera plus comme avant.
   
    Nous suivons Candice qui profite de petits boulots pour payer ses cours d'art dramatique.
    Pour elle, jouer le rôle de Richard III avec une troupe de filles est audacieux. et important.
    Seulement Candice est insignifiante, dans un tel contexte il est inconcevable de penser le monde comme ça.
    Peut-être méritait-elle une profondeur mais on n'arrive pas à la trouver intéressante.
   
    Ensuite lire les actualités qui se sont passées dans les années 80 pourquoi pas ? Autant lire le journal.
   
    "L'hiver du mécontentement" vient d'une parole prononcée par Richard III qui montre l'intemporalité du pouvoir et de sa violence.
   
    Je n'ai pas réussi à m’intéresser à ce roman malgré la qualité de l'observation de la société par l'auteur.
   
   
   Présentation de l'éditeur:
   « L'Hiver du mécontentement, c'est ainsi que le journal le Sun qualifia l'hiver 1978-1979, où des grèves monstrueuses paralysèrent des mois durant la Grande-Bretagne. Voici venir l'hiver de notre mécontentement, ce sont aussi les premiers mots que prononce Richard III dans la pièce de Shakespeare. Ce personnage, la jeune Candice va le jouer, dans une mise en scène exclusivement féminine. Entre deux tournées à vélo pour livrer des courriers dans un Londres en proie au désordre, elle cherchera à comprendre qui est Richard III et le sens de sa conquête du pouvoir. Au théâtre Warehouse, lors d’une répétition, elle croisera une Margaret Thatcher encore méconnue venue prendre un cours de diction et déjà bien décidée à se hisser à la tête du pays. Elle fera aussi la rencontre de Jones, jeune musicien brutalement licencié et peu armé face aux changements qui s'annoncent. Thomas B. Reverdy écrit le roman de cet hiver qui a sonné le glas d'une époque et accouché d'un autre monde, un monde sans pitié où Just do it ne servira bientôt qu'à vendre des chaussures. Mais il raconte aussi comment de jeunes gens réussissent à s'y faire une place, en luttant avec toute la vitalité, la détermination et les rêves de leur âge. »

    ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



Quelques longueurs
Note :

   Été 1978, Candice roule sur son vélo de coursier dans les rues de Londres, elle vient d'avoir vingt ans.
   " Elle venait d'avoir vingt ans. C'est un âge où la vie ne s'est pas encore réalisée. Où tout n'est encore que promesses ou menaces. "
   

   Dans la ville, les grèves et l'automne progressent peu à peu, les manifestations des ouvriers, toute l'Angleterre est au bord d'une espèce de précipice, le pays est malade, il est en train de décliner. L’Angleterre est une petite vieille qui n'a plus la force de rien. Il y a des plus en plus de chômeurs. Les prix des loyers qui augmentent, on ne peut plus se loger ailleurs que dans des taudis. Comment peut-on peut devenir un si petit pays après avoir été un si grand empire ? Les camionneurs bloquent les routes, les gens font des provisions comme en temps de guerre, les camions-citernes n'approvisionnent plus les stations d'essence, les sacs de lettres s'accumulent, le pays est pris en otage. Les ordures se répandent sur la route. Les grèves poussent les gens dans la rue, ils ne sont d'accord sur rien sinon qu'il faut tout changer. Le 3 janvier 1979, tout s'arrête, c'est la grève générale, une révolution sans armes.
   
   J'ai bien aimé le fait que Thomas B.Reverdy utilise la pièce de Shakespeare Richard III, pour éclairer les événements de l'hiver 1978 où la Grande-Bretagne bascule dans la crise et la prise du pouvoir par Margaret Thatcher qui vont conduire à l'avènement du monde de la finance. Le lecteur suit au jour le jour l'enlisement du pays, à travers Candice une jeune femme de vingt ans qui à vélo livre des plis et des colis pour se payer ses cours d'art dramatique. Candice est donc le symbole de cette jeunesse britannique qui se réunit, qui discute, qui vivote grâce à des jobs ridicules ou misérables. L'auteur s'arrête aussi sur le monde qui ne va pas beaucoup mieux que la vieille Angleterre, les violences raciales en Afrique du Sud, le Vietnam du Sud en guerre contre la Chine, un coup d'État en Afghanistan, la révolte qui gronde en Iran contre le shah.
   
   Le style est percutant, le lecteur littéralement noyé sous un déluge de mots, pour mieux faire ressentir la vague qui submerge l'Angleterre.. Même si Thomas B.Reverdy a toujours ce talent pour raconter les effondrements de notre société, je n'ai pas ressenti le même plaisir de lecture que j'avais eu avec Il était une ville. Peut-être est-ce dû à quelques longueurs notamment lorsque l'auteur nous entraîne dans les répétitions de la pièce de Shakespeare.

critique par Y. Montmartin




* * *