Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La malédiction Henderson de David Adams Richards

David Adams Richards
  La malédiction Henderson

La malédiction Henderson - David Adams Richards

Une bonne claque
Note :

   Ce roman est un uppercut.
   
   Dans un petit village Canadien, une famille est le souffre-douleur de la communauté. Le fils décrète qu’il ne subira plus cette injustice...
   
   Leur histoire vous happe, vous tourmente, vous afflige, vous remue tripes et boyaux.
   
   David Adams Richards a une plume terrible. Ses mots résonnent, on passe au travers des personnages et de l'histoire même, je ne sais pas comment expliquer clairement ça, c'est impossible de le lire en gardant ses distances.
   
   Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre. Je ne suis pas loin de l’avoir détesté ! Mais je rends hommage à l'écrivain, je n'ai jamais, jamais rencontré un tel choc en lecture.
   
   En même temps c'est plein de poésie, de littérature...
   
   Ce n'est pas du misérabilisme, c'est la misère même, crasse, matérielle et intellectuelle, la méchanceté roublarde et cupide, le rejet de la différence, le pouvoir, la dissimulation... Eurk.
   Le tout servi par une trame littéraire très nourrie, une construction réfléchie qui renforce encore un texte ébouriffant.
   
   "... Il était surpris qu'un homme instruit le soit (Condescendant). Il avait été assez naïf pour présumer que les gens instruits avaient éradiqués tous leurs préjugés et ne prenaient jamais plaisir à blesser les autres. Il croyait, en fait, qu'ils avaient atteint sans difficulté l'objectif qu'il s'efforçait, en se débattant de toutes ses forces, d'atteindre lui-même. Il ignorait que les autres, instruits ou non, ne considéraient souvent même pas comme objectif celui qu'il estimait, lui, le seul valable, le seul vers lequel un homme devait s'efforcer de tendre...."
   " ...Parce que c'est tout ce que nous voulons tous, [....] Pas la révolution ou les théories dogmatiques, juste la gentillesse...."

critique par Cuné




* * *