Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le dilemme de Jackson de Iris Murdoch

Iris Murdoch
  La mer, la mer
  Les demi-justes
  Le message à la planète
  Le Château de la licorne
  Le Prince noir
  Le dilemme de Jackson
  Un homme à catastrophe
  Les compagnons du livre

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2018

Jean Iris Murdoch est une écrivaine et philosophe britannique d' origine irlandaise née en 1919 à Dublin, mais sa famille s'installa tout de suite à Londres où elle grandit. Elle fit des études de lettres et de philosophie à Oxford et Cambridge, après quoi elle fut employée à plusieurs postes dans la fonction publique (y compris sur le continent), puis comme professeur.

Elle enseigna la philosophie au St Anne College d'Oxford puis au Royal College of Art jusqu'en 1967.

Elle publia son premier roman en 1954 Under the Net (Sous le filet) qui fut sélectionnée en 1998 comme l'un des 100 meilleurs romans en langue anglaise du XXe siècle. Elle n'avait publié auparavant que de la non-fiction, essais philosophiques et la monographie de Jean-Paul Sartre.

Honorée de nombreux prix et distinctions, elle a été nommée en 1987 Dame Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique .

Atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis 1997 et Iris Murdoch est décédée en 1999 à Oxford. Son dernier roman Jackson's Dilemma (Le dilemme de Jackson) ayant été publié en 1995.

En 2008, le Times avait classé Iris Murdoch douzième sur sa liste de « Les 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945 ».

Le dilemme de Jackson - Iris Murdoch

Les choses, sans les dire
Note :

   Ce roman est le dernier d'Iris Murdoch. Il a été publié en 1995, alors que la dame avait déjà 75 ans. On n'est donc pas surpris d'y trouver une auteure en pleine maîtrise de son art. Pas surpris non plus d'une certaine lenteur et aussi d'une certaine nostalgie. Benet, personnage central, est un très riche retraité, enrichi encore par le décès de son oncle adoré dont il est le seul héritier. Benet doit maintenant peu à peu se détacher de sa confortable demeure londonienne pour s'installer dans le magnifique domaine dont il a hérité. Il adore ce domaine, mais appréhende un peu ce retrait campagnard. Ses amis l'y suivront-ils et aussi, pourra-t-il s'y créer de nouveaux liens d'amitié avec par exemple son jeune voisin, propriétaire d'un domaine équivalent au sien ? …
   
   Benet, comme son oncle, ne s'est jamais marié. Cependant, il n'a pas une mentalité de solitaire, il a beaucoup d'amis(es) et désire être toujours entouré. Concernant ces amis, vous avez intérêt à bien les repérer dès le départ, car sinon, il y a un risque de s'y perdre un peu, et comme on ne les quittera plus...
   
   La grande affaire du moment et par laquelle commence le livre, est la préparation du mariage d'une de ses jeunes amies (Marian) avec le voisin évoqué plus haut (Edward). Benet a tout fait pour réunir ces deux-là. Il considère plus ou moins Marian comme sa fille et compte en fait s'assurer ainsi un voisinage amical et chaleureux pour ses vieux jours. Le mariage sera superbe. Le village entier va participer. Il veille à tout. Mais quelques instants avant la cérémonie, arrive un mot laconique de Marian : elle ne peut plus se marier et ne viendra tout bonnement pas. En fait, elle a totalement disparu. Où est-elle donc, et que lui est-il arrivé ??? Edward, le promis, semble absolument terrassé par l’événement et ne pas pouvoir s'en remettre... Tout le monde va chercher Marian, et au passage dévoiler sa propre vie.
   
   Le Jakson du titre, ne fait une apparition-éclair qu'à la page 78, et on ne commence à savoir qui il est qu'à la page 110. Pourtant, il est bien l'un des personnages majeurs du roman, peut-être LE personnage majeur. Il fera fonction de majordome, homme à tout faire mais aussi bientôt ami de Benet, et bientôt également de tous ses amis. Jackson est un homme extraordinaire.
   
   On peut choisir de ne voir dans ce roman qu'une histoire de bobos en crise et de leur passionnant way of life. Pour ma part, j'y ai vu une histoire homosexuelle. On s’interroge dès le début sur les mœurs exactes de cet oncle Tim jamais marié qui a disparu des radars pendant la plus grande partie de sa vie pour faire des choses "extraordinaires" à l'étranger, mais on ne sait pas exactement lesquelles... et également sur celles de ce neveu Benet tant aimé de lui et qui ne semble pas avoir connu les femmes. Des hommes non plus, on ne parle pas. En fait, on ne parle de rien concernant la vie sexuelle de Benet. La rencontre entre Jackson et Benet est décrite absolument avec les termes qui seraient employés pour décrire un coup de foudre. Coup de foudre subi mais rejeté par Benet, alors que Jackson lui, fera tout son possible pour se rapprocher. Coup de foudre identifié et favorisé par Tim avant sa mort... C'est lui qui fera en sorte que les deux hommes restent en contact malgré les refus de son neveu. Peu à peu, Jakson devient un employé indispensable, l'entourage le considère de plus comme un ami autant qu’un employé, il n'y a que Benet... mais sa position est de moins en moins claire.
   
   Pourtant, le roman se termine sans que rien ne soit vraiment éclairci de ce côté-là. Une réflexion d'un ami au sujet de lit restera sans écho... on n'ira pas plus loin et c'est à mon avis le gros défaut du livre. On a trop parlé de ces relations -intéressantes par ailleurs- pour les laisser se diluer dans les limbes de l'incertitude. Et puis pourquoi, même en conclusion, ne pas donner d'indications claires? Quel intérêt d'un point de vue romanesque ? Ca a un goût d'inaccompli, de "pas osé"... et du coup, on se demande, où l'auteure voulait-elle aller avec cette histoire qui a quand même donné son titre au roman ?
   
   Et pour Marian et Edward ? Oh, pas de souci. Tout s'est arrangé. Vous en doutiez ?
   
   Ce roman, écrit avant que la maladie d'Alzheimer de l'auteur soit diagnostiquée, est cependant considéré comme le plus simple de sa production.
   
   A noter : Petite fixation phonique de l'auteure qui n'aide pas le lecteur, nous avons des M. et Mme Caxton, Loxon et Moxon, pour ne rien dire de Jackson lui-même...

critique par Sibylline




* * *