Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un homme à catastrophe de Iris Murdoch

Iris Murdoch
  La mer, la mer
  Les demi-justes
  Le message à la planète
  Le Château de la licorne
  Le Prince noir
  Le dilemme de Jackson
  Un homme à catastrophe
  Les compagnons du livre

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2018

Jean Iris Murdoch est une écrivaine et philosophe britannique d' origine irlandaise née en 1919 à Dublin, mais sa famille s'installa tout de suite à Londres où elle grandit. Elle fit des études de lettres et de philosophie à Oxford et Cambridge, après quoi elle fut employée à plusieurs postes dans la fonction publique (y compris sur le continent), puis comme professeur.

Elle enseigna la philosophie au St Anne College d'Oxford puis au Royal College of Art jusqu'en 1967.

Elle publia son premier roman en 1954 Under the Net (Sous le filet) qui fut sélectionnée en 1998 comme l'un des 100 meilleurs romans en langue anglaise du XXe siècle. Elle n'avait publié auparavant que de la non-fiction, essais philosophiques et la monographie de Jean-Paul Sartre.

Honorée de nombreux prix et distinctions, elle a été nommée en 1987 Dame Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique .

Atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis 1997 et Iris Murdoch est décédée en 1999 à Oxford. Son dernier roman Jackson's Dilemma (Le dilemme de Jackson) ayant été publié en 1995.

En 2008, le Times avait classé Iris Murdoch douzième sur sa liste de « Les 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945 ».

Un homme à catastrophe - Iris Murdoch

Vaudeville à Londres
Note :

   Après Le Prince noir, Le Message à la planète, les Demi-Justes, on commence à comprendre le “cocktail” d'Iris Murdoch. Choisir un bon nombre de personnages, des amis, des parents, toutes personnes d'âge, de caractère et d'occupation bien contrastés. Ajouter des histoires d'amour les unes réussies, ou rêvées et d'autres contrariées. Réunir le tout à Londres par exemple. Bien brasser dans diverses réceptions mondaines. Laisser agir cinq cents pages...
   
   Dans ce roman de 1971, cela suffit à produire des catastrophes rien que durant l'espace d'un été. Gracie Tisbourne et Ludwig Leferrier n'avaient effectivement rien pour former un couple. La demoiselle futile, mais fille d'un haut-fonctionnaire, rêvait de bagues de diamants et de jolies robes tandis que le jeune historien débarqué d'Amérique vivait dans la culture antique qu'elle ignorait. "Il était impossible de lui expliquer ce qu'étaient les Assyriens et elle ne désirait pas vraiment le savoir". Un poste à Oxford lui semblait le paradis. Ils s'aventurèrent imprudemment dans un projet de mariage pour la fin du mois d'août. Le jeune homme était par ailleurs réclamé par l'armée américaine et le Vietnam. Bien évidemment, tout ne pouvait se concilier...
   
   Le roman de Murdoch déborde de personnages et de récits secondaires, et sans dévoiler la fin, on peut dire que l'essentiel de l'histoire s'articule autour de deux frères, Matthew l'aîné et Austin le cadet, apparentés à la famille Tisbourne. Matthew revient du Japon ; on sait qu'il a été diplomate, qu'il a gagné une fortune à Hong Kong, qu'il rapporte une collection de porcelaines chinoises et qu'il est célibataire. S'il rentre à Londres, ce serait dans le but de se réconcilier avec son frérot l'incroyable Austin, "l'homme à catastrophes"; séducteur mais aussi gaffeur, menteur, alcoolique, lâche, instable, colérique, violent et j'en passe, et de surcroit le voici chômeur. Le premier mariage d'Austin s'est mal terminé, avec Betsy accidentellement noyée dans un canal. Charlotte juge l'affaire louche, depuis qu'elle a trouvé chez Austin des photos et une lettre qui semblent prouver que la jeune femme savait nager, et suggérer une liaison avec Matthew. La seconde femme d'Austin, la fragile et jolie Dorina vient de quitter la domicile conjugal pour se réfugier chez sa demi-sœur Mavis. Celle-ci, comme d'ailleurs Charlotte la tante de Gracie, espérait épouser Matthew quand il jugerait bon de revenir à Londres. Maintenant qu'il y réside, provisoirement hébergé dans la Villa dont Gracie vient d'hériter, les événements vont s'enchaîner. Mais conduisant en état d'ivresse la voiture de Matthew, Austin écrase une petite-fille, envoie à l'hôpital son père dans le coma, et casse quelques porcelaines précieuses chez son frère.
   
   Quand Dorina fait un premier pas pour se réconcilier avec son mari, elle le retrouve — manque de chance — dans les bras de sa logeuse... C'est qu'il y a du vaudeville dans cette comédie sociale (qui pour plusieurs personnages n'est qu'une tragédie). Les portes claquent, on commande un taxi, on l'annule, on se téléphone, on s'écrit beaucoup (aujourd'hui Iris Murdoch nous aurait sûrement inondés de textos). Mavis recueille Dorina et quand celle-ci fugue pour la seconde fois c'est le mari qui se retrouve chez elle. Mavis n'ose le virer parce que c'est de Matthew qu'elle attend une solution, mais le temps passe. Se peut-il que Matthew puisse se détacher de sa dulcinée à cause des problèmes de Ludwig Lefferier ? "Austin était tout simplement demeuré trop longtemps avec Mavis et l'avait contaminée". Oui, Austin est certainement toxique comme on dit aujourd'hui.
   
   "Tout cela avait été, comme tant d'autres choses dans cette histoire, le fait du hasard. Mais c'était trop beau pour n'avoir pas été aussi le fruit de l'instinct."
Le hasard est en effet si fortement sollicité par la romancière que cela donne à ce roman aux ambitions réalistes une invraisemblance à peu près permanente. C'est là son charme.

critique par Mapero




* * *